Les mouvements

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1186 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Une œuvre littéraire peut être appréciée pour elle-même. Mais on la comprend mieux quand on la situe dans son époque, et notamment dans son contexte culturel. Par sa langue, par ses valeurs et par ses idées, elle se rapproche d'autres œuvres au sein d'un même mouvement.




I- Qu'est-ce qu'un mouvement culture ?

1. Des valeurs communes :

Un mouvement littéraire s'affirme pardes principes et des idées qui le distinguent des autres mouvements.
Pour le Romantisme (au XIXe siècle), selon Baudelaire, ces valeurs sont « la spiritualité, l'aspiration vers l'infini, le rêve, le sens de la couleur ». Pour le Classicisme (au XVIIe siècle), c'étaient l'harmonie, la simplicité, le naturel. Pour le Naturalisme (à la fin du XIXe siècle), ce seront la science, l'observation, nonle rêve mais la réalité.

À l'intérieur d'un même mouvement, les écrivains partagent des options esthétiques (une même conception du style, de l'art, du beau) et idéologiques (une même conception de la vérité, de la société, de la liberté, etc.).

Retourner au début de la page



2. Un dialogue entre les arts :

Un mouvement littéraire s'intègre le plus souvent dans un mouvement culturelplus large, qui touche la vie artistique et intellectuelle dans son ensemble. Le Romantisme s'impose dans les domaines de la peinture (avec Delacroix) et de la musique (avec Berlioz), et pas seulement dans les genres littéraires.

Retourner au début de la page



3. Une dimension internationale :

La plupart des grands mouvements littéraires et culturels ne se développent pas seulementen France, mais dans toute l'Europe. C'est le cas, au XIXe siècle, du Romantisme, dont Baudelaire évoque les liens avec le Nord. L'Humanisme au XVIe siècle, les Lumières au XVIIIe siècle, le Réalisme au XIXe siècle, ont une dimension européenne.

Il existe cependant une exception française: le Classicisme, qui correspond à l'affirmation d'une identité culturelle nationale sous Louis XIV ets'oppose au Baroque dominant.

Retourner au début de la page


Biographies des grands auteurs.
La querelle des Anciens et des Modernes.
L'Encyclopédie du XVIIIe siècle.



II- Comment un mouvement se fait-il connaître ?

1. Par une communauté d'écrivains et d'artistes :

La dimension collective du mouvement littéraire se manifeste à travers :
des ouvrages communs (commel'Encydopédie pour les « philosophes » du XVIIIe siècle) ;

des revues (comme La Révolution surréaliste dans les années 1920) ;

des cénacles (cercles d'écrivains à l'époque romantique) ou des réunions régulières (comme à Médan, autour de Zola, à l'époque du naturalisme).

Retourner au début de la page



2. Par des textes fondateurs :

Un mouvement s'affirme par des textes quidéfinissent sa spécificité - préfaces, manifestes, essais, œuvres majeures. On peut citer par exemple Défense et illustration de la langue francaise de Du Bellay (1549), qui présente les idées nouvelles du groupe de la Pléiade; Le Roman expérimental de Zola (1880), qui expose les thèses du Naturalisme ; ou encore les Manifestes du surréalisme d'André Breton (1924 et 1929).
Hugo définit l'esthétiqueromantique dans ses préfaces (des Odes et ballades en 1826; de Cromwell en 1827) ; il la fait connaître aussi par son théâtre (la représentation d'Hernani, en 1830, tourne à la « bataille » contre les partisans de la tradition); et il proclame dans ses poèmes l'idéal romantique du poète « mage » et « prophète ».

Retourner au début de la page



3. Par des formes dominantes :

Chaquemouvement cultive un genre littéraire privilégié :
le Classicisme porte à la perfection l'art de la tragédie (Corneille, Racine) ;
les Lumières explorent toutes les possibilités de la prose argumentative : essais, dialogues, contes philosophiques (Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Diderot) ;
le romantisme s'épanouit dans la poésie lyrique, et imagine dans le drame un dépassement de...
tracking img