Les qrguments visant l'independance d'abkhazie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9135 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les argumentes visant l’independences de l’Abkhazie et d ‘ Ossétie du Sud :ici on va comparer avec le cas de Kosovo qui n’est pas seulemant une precedant mais aussi une cas identique avec cel abkhazien et d'ossetie du sud. Les evenements qu ont fait d’exister la situation presenet et les principesde droit international qui dirgent vers le fait que сeux deux regiones ont devenus des etatsinependants et souveraines sont:
• Premier principe que l’on retrouve communément dans les discours  
occidentaux et russe : la sécession doit avoir une « juste cause ».  
Ainsi, l’expulsion forcée de près de sept cent mille Kosovars  
albanais, avant et pendant le conflit entre l’OTAN et la Serbie en  
1999, servit à dénier à tout jamais à Belgrade le droit d’exercerun  
contrôle sur la province rebelle. C’est le même principe que met en  
avant le gouvernement russe, qui accuse Tbilissi du « génocide » du  
peuple ossète.. . Les   autorités russes ont justifié la reconnaissance de l’Ossétie du Sud en  
exploitant sans retenue le terme « génocide ».: « La Russie a reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie,consciente de sa responsabilité de garantir la survie de leurs peuples frères face à la politique agressive et chauvine poursuivie par Tbilissi ».( La déclaration du Ministère russe des affaires étrangères) Les autorités géorgiennes  
ont, pour leur part, fortement exagéré le nombre de réfugiés  
d’Abkhazie pour asseoir leur cause. Le président géorgien Mikheïl  
Saakachvili prétendqu’il y a un demi-million de réfugiés, ce qui  
correspond à peu près au nombre d’habitants recensés d’Abkhazie avant  
la guerre de 1992-1993  (2).
• Selon le deuxième principe utilisé, toute décision serait gouvernée  
par la poursuite d’une juste cause. ils font valoir que les intentions des adversaires vont à contre-
courant de la cause qu’ils prétendentsoutenir. Moscou est alors  
accusé de défendre l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud dans le seul but de  
concrétiser des visées hégémoniques sur le Sud-Caucase. La Russie  
reproche à son tour aux Etats-Unis d’avoir armé la Géorgie en vue de  
renforcer sa propre présence militaire dans la région.

Troisièmement, la déclaration unilatérale d’indépendance ne serait  qu’une « solution d’ultime recours ». Tous les efforts pour parvenir à  
un accord entre l’entité sécessionniste et le gouvernement central  
doivent avoir été tentés, sans succès. Ainsi, en mars 2007, l’envoyé  
spécial du secrétaire général de l’ONU, M. Martti Ahtisaari, notait  
dans son plaidoyer pour une indépendance supervisée du Kosovo qu’il  
lui était«devenu évident que les parties ne sont pas en mesure de  
s’entendre sur le statut futur du Kosovo (3) ». Le président russe  
Dmitri Medvedev s’est lui aussi référé à des négociations longues et  
infructueuses précédant sa décision d’une reconnaissance diplomatique  
des entités sécessionnistes en Géorgie. . “Les dirigeants russes ont insisté de plus en plus pour quela partie géorgienne signe des accords sur le non-recours à la force avec les parties

abkhaze et sud-ossète, afin de désamorcer les tensions sur le terrain et de rétablir la

confiance comme base de négociation. Ils ont également proposé que la question du

retour des personnes déplacées et des réfugiés soit examinée à un stade ultérieur.”-le raport du secretaire general sur la situationen Georgie

• le principe de non recours a la force et le reglementation pacifique des diferends La partie georigienne, malgre ses declarations de fidelite au principe de non recours a la force faites par M. Saakachvili quelques heures a la veille, a dechaine les hostilites contre l’Abkhazie du Sud usant des armements lourds et le materiel de guerre (aviation, chars, obusiers, systemes des...
tracking img