Les vampires attaquent !

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2749 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les vampires attaquent !
Réflexions sur une mythologie 2010 Stéphanie SAUGET

Les vampires sont parmi nous – dans les romans, les films et les séries télévisées. Mais, par rapport au XVIIe siècle, ces êtres assoiffés de sang ont bien changé : débarrassés de leurs aspects les plus inquiétants, ils ne sont plus forcément d’odieux criminels. Le vampire « commercial » actuel est un hérosromantique, défenseur de la veuve et de l’orphelin, mais aussi le crypto-symbole de toutes les altérités visibles.

Recensé : Jean Marigny, La Fascination des vampires, Paris, Klincksieck, coll. « 50 questions », 2009.

Le premier volume de la Saga du désir interdit de Stephenie Meyer, plus connu sous le nom de Twilight, s’est vendu à plus de 18 millions d’exemplaires dans 37 pays, et à plus de 8,5millions d’exemplaires simplement aux États-Unis. En 2008, l’auteure a été classée 49e dans la liste des 100 personnes les plus influentes du Time Magazine. Une adaptation cinématographique de Fascination est sortie aux États-Unis le 20 novembre 2008 et le 7 janvier 2009 en France. Dès le mois de novembre 2009 sortait un deuxième épisode, Tentation, qui a remporté un succès mondial. Les autres filmsdu cycle débarqueront bientôt sur nos écrans. À la télévision, les séries consacrées aux vampires connaissent également un grand succès : True Blood d’Allan Ball, diffusée aux États-Unis, au Canada et en France depuis 2008, en Belgique et en Suisse depuis 2009, ou Vampire diaries, diffusée aux ÉtatsUnis depuis septembre 2009.

1

Il y a donc une recrudescence d’intérêt médiatique pour lesvampires – vieilles créatures dont l’origine se perd dans les légendes –, intérêt que l’on observe aussi chez les éditeurs, lesquels ont commandé des remix de classiques de la littérature anglaise. Certains crient déjà au sacrilège. En avril 2009, les lecteurs anglais ont ainsi pu se plonger avec délices dans Pride and Prejudice and Zombies, une relecture d’Orgueil et Préjugés de Jane Austen danslaquelle l’héroïne se transforme en tueuse de zombies. L’éditeur, Quirk Book, a réussi à vendre près de 650 000 exemplaires de cet ouvrage aux États-Unis et en Grande-Bretagne : une manne en période de crise. En France, Flammarion, qui a proposé une traduction d’Orgueil & Préjugés et zombies (parue fin octobre 2009), espère un succès semblable. L’auteur de ce coup éditorial, Seth Grahame-Smith, estdésormais à l’ouvrage sur une nouvelle variante : cette fois, une biographie d’Abraham Lincoln en chasseur de vampires (pour l’éditeur Grand Central).

Les vampires : un vieux mythe Cette effervescence autour du « patrimoine fantastique » et, en particulier, autour des vampires a intrigué le chercheur Jean Marigny, professeur émérite de l’université Stendhal à Grenoble, spécialiste de littératureanglo-américaine et fondateur d’un groupe de recherches sur le fantastique. Il vient de publier, chez Klincksieck, un essai intitulé La Fascination des vampires. Les questions qu’il pose sont très stimulantes : pourquoi les vampires sont-ils devenus omniprésents dans notre culture médiatique ? Pourquoi séduisent-ils un public croissant et divers ? Qu’est-ce que cette fascination révèle de notremythologie moderne ? Comme le dit très bien Jean Marigny, « le fait que les vampires restent aujourd’hui sous le feu de l’actualité et qu’ils soient en quelque sorte indémodables pose en lui-même une foule de questions ».

Plusieurs faits sont en effet frappants. Jean Marigny rappelle que les vampires sont d’abord des créatures de légende nées en Europe centrale et orientale. Or c’est auxÉtats-Unis et dans les sociétés occidentales qu’ils ont aujourd’hui le plus de succès (ajoutons que 80 % de la littérature vampiresque éditée dans le monde est aujourd’hui produite aux États-Unis). Alors qu’ils ont été condamnés par les élites éclairées européennes au nom de la raison et de la chasse aux superstitions, ils s’épanouissent dans une société pragmatique et utilitariste. À l’origine, les...
tracking img