Lettre persane 30 montesquieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (855 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Lettres Persanes, Montesquieu Lettre 30

INTRODUCTION

# Quelques mots sur Montesquieu et l’œuvre
# Dans l’extrait que nous allons étudier, Rica raconte une anecdote personnelle. Letexte satirique qu’il nous propose offre une réflexion philosophique sur la société parisienne et ses travers.

I- Un art consommé du récit / L’art du conteur

• la construction du texte estsimplifiée :
- deux paragraphes antithétiques : 1) le premier à l’imparfait ( temps de la durée et de la répétition)
2) le deuxièmeau passé simple (temps de la rapidité) + CCT
« En un instant »l.27, « tout a coup »l.28, « aussitôt » l.33

• sens durythme :
- récit jalonné par des adverbes « d’abord l.9, jamais l.10, partout l.14, aussitôt l.33 »
- champs lexical du mvt : « sortir l.4, se mettre aux fenêtres l.6, former un cercle l.7,entourer l.8…»

• mélange des 4 composantes du récit :
- DESCRIPTION « arc en ciel nuancé de mille couleurs » l.7
- NARRATION « si j’étais aux Tuileries…si je sortais » 4 et 5
-EXPLICATION « je souriais d’entendre des sens qui… persan » 10/13
- PAROLES RAPPORTEES ici au style direct l.13, 34/35

• Procédés d’animation du récit :
- hyperboles : « tous l.4, tt lemonde l.5, cent lorgnettes l.8, partout  »
- opposition « je dusse troubler le repos d’une grde ville où je n’étais point connu »
- comparaison « comme si j’avais été envoyé du ciel » l.3- énumération/accumulation « vieillards, hommes, femmes, enfants » l.4
- métaphore « dans un néant affreux » l.28

• ironie et malice :
L’ironie vient de sa définition même= dire lecontraire de ce que l’on pense, et l’humour vient des hyperboles amusées du premier paragraphe.

( Montesquieu sait dresser un tableau vivant de la société parisienne. Cependant cet art du...
tracking img