Lettres persanes - commentaire lettre xcvii

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1430 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LETTRE XCVII

Accroche :

Montesquieu, grand un romancier et philosophe du 19ème siècle s’est également beaucoup intéressé à la science. Ainsi, dans son recueille les Lettres Persanes, publié en 1721, beaucoup de lettres sont concernées par la science. Certaines en font un vibrant éloge tandis que d’autres nous en montre les dérives.

Introduction :

Dans la lettre XCVII, Usbek, untouriste persan, s’adresse à Hassein un religieux musulman resté en Orient et lui envoie ses impression sur la société qu’il découvre. Dans cette lettre, Montesquieu va se permettre, en feignant un immense respect pour le dervis, de faire la satire de la religion tout en dressant une vibrante éloge de la science.

Pour répondre à votre question, nous allons tout d’abord étudier :

- Commentderrière l’éloge fait au dervis, Montesquieu conteste le langage des religions et les textes de la révélation chrétienne.
- Puis comment en s’appuyant sur cette satire des religion, Montesquieu fait l’apologie des sciences qui s’oppose directement à la religion.

PERSIFLAGE ET FAUX ELOGE DE LA RELIGION

Dans ce texte afin de pouvoir plus facilement critiquer les religieux, Usbek feint unimmense respect pour le dervis mais derrière lequel se cache une intention satirique.

▪ Il le persifle grâce à un discours hyperbolique. « O toi sage dervis, dont l’esprit curieux brille de tant de connaissances » La lettre commence par une apostrophe au religieux. L’auteur fait mine de le louer sur ses qualités intellectuelles mais il n’en pense rien. A la ligne 24, il le qualifie « d’hommedivin » et la ligne 39 de « sublime dervis ». LE philosophe des lumières prend ainsi des précautions rhétoriques.

▪ Il définit ensuite la sagesse coranique en listant ce dont les philosophes sont privés. On retrouve un champ lexical de la privation et la répétition de « ils n’ont point ». Néanmoins, lorsqu’on se penche sur les louanges proférées par Usbek, on remarque qu’il s’agit defausses qualités. Il le loue d’avoir entendu « les paroles ineffables dont les concert des anges retentissent », or ineffables signifie qui ne peut être exprimé par la parole ; il s’agit donc d’un faux compliment et ces paroles angéliques sont fantasmagoriques. A la ligne suivante, on retrouve une autre antithèse, lorsque le philosophe fait référence aux « formidables accès d’une fureur divine ». Lesmots « formidables » et « fureur » sont opposés de sens. Ainsi, toutes ces qualités sont basés sur des illusions.

▪ Enfin à travers le texte, Usbek fait mine de faire l’apologie de la religion musulmane. Usbek après avoir raconté les progrès apportés par la science, affirme qu’ils sont presque aussi merveilleux que des prophètes : « leur a fait faire presque autant de prodiges et demerveilles que tout ce qu’on nous raconte de nos Saint Prophètes ». Il affirme clairement que derrière le style grandiose des textes il n’y a que de petites choses : « de petites choses qui me paraissent toujours telles quoiqu’elles soient relevées par la force et la vie de l’expression ».

Montesquieu grâce à ce faux éloge au religion mais également de la religion tente de se protéger de la censure etde cacher le plus possible la vive critique qui peut être lue entre les lignes.

CRITIQUE DIRECTE DE LA RELIGION ET RELIGIEUX :

Nous allons maintenant nous intéresser à la satire directe de la religion qui ne se cache pas derrière le persiflage du dervis.

▪ Montesquieu commence par s’attaquer aux lois religieuses qui contrairement aux lois de la science ne relève pas d’unevérité générale mais de vérités floues qui peuvent être interprétées différemment selon la personne. « des lois aussi sujettes au changement que l’esprit de ceux qui les proposent, et des peuples qui les observent ». A la ligne 25, le philosophe renchérie « t’imagines tu peut être qu’entrant dans le conseil de l’Eternel tu vas être étonné par la sublimité des mystères ». On observe ici une nouvelle...
tracking img