Les liaisons dangereuses, lettre 33

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2121 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Liaisons Dangereuses, lettre XXXIII

Les Liaisons dangereuses, sous-titré lettres recueillies dans une société et publiées pour l’instruction de quelques autres, est un roman épistolaire écrit par Pierre Chardelos de Laclos et publié en 1782. Les Liaisons dangereuses sont une histoire d'intrigues, de pouvoir et de séduction, dans laquelle les deux sexes se livrent bataille. A travers les175 lettres il nous révèle les pensées, les actions et les désirs intimes de chaque personnage. Ces lettres montrent la conquête de deux jeunes femmes, la jeune Cécile de Volanges et de la pieuse Présidente de Tourvel , par deux libertins: la marquise de Merteuil et son acolyte, le vicomte de Valmont, deux manipulateurs et libertins. C’est un roman inscrit dans la tradition du libertinage de mœurs,mais aussi un roman d'analyse psychologique dans la lignée de Julie ou la Nouvelle Héloïse de Jean-Jacques Rousseau publié en 1761 (qui est d'ailleurs cité dans notre extrait).
Le texte proposé est la lettre XXXIII entre la marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont des Liaisons dangereuses. Mme De Merteuil répond à la lettre XXV du Vicomte de Valmont, à laquelle sont joints les lettres XXIVet XXVI, échangées entre Valmont et la Présidente de Tourvel. Ainsi dans la lettre XXXIII du 24 août 17**, en réponse à la lettre du 22 août 17** de Valmont. Merteuil analyse les propos de Valmont et Tourvel, elle reproche à Valmont de s’être « laissé aller à écrire ». Valmont a, en effet, été obligé d’écrire à Madame de Tourvel car celle-ci refusait de le croire lorsqu’il lui avait déclaré sonamour. Ainsi cette lettre se transforme en une leçon sur l’art d’écrire une lettre.

Ce qui nous amènera à nous demander en quoi la lettre XXXIII nous propose une réflexion sur le pouvoir de l’écriture épistolaire?

Nous verrons tout d’abord que la lettre met d'abord en valeur la nature pédagogique de la relation que Mme de Merteuil instaure entre elle et Valmont, puis on pourra ensuite mieuxsouligner en quoi ce passage donne, comme en abyme, une définition de la lettre qui vaut pour tout le roman.

Le libertin est celui qui maitrise le langage, le but de celui-ci est d’arriver à manipuler, à faire tomber l’autre grâce à son talent d’écrivain ou de locuteur. Nous pouvons tout d‘abord remarquer que les relations sont on ne peut plus tendues entre les deux protagonistes, sous le signedu mépris, et même de la condescendance. La lettre commence sous le signe du persiflage, les premières lignes sont en effet ironiques, et destinées à se moquer de Valmont: « vous désirez moins de vaincre que de combattre, je n’ai plus rien à dire » « je crains que vous ne fassiez illusion » . La Marquise de Merteuil est en position de libertine et stratégique, nous pouvons observer de nombreuseoccurrences « je » qui il est vrai s’estompe au fur et à mesure « Je m’étonne », « je dis ». « Je vous défie », nous pouvons penser que cela laisse entendre l’incapacité de Valmont à réaliser sa conquête (la présidente de Tourvel), cela montre donc la supériorité de Merteuil. En effet, cette dernière lui fait des injonctions, et lui donne des ordres: « Relisez votre lettre » ; « songez donc » ;« voyez… » Elles lui posent ensuite des questions rhétoriques « Espérez-vous prouver à cette femme qu’elle doit se rendre ?». La présence de ces nombreuses questions rhétoriques confirme la supériorité de Merteuil car il s’agit d’affirmations détournées, de leçons. Elle est encore plus méprisante avec l’usage des questions rhétoriques. Les apostrophes traduisent les sentiments de la marquise: « mon cherVicomte » il y a ici la présence du ton du persiflage, ou de l’ironie. Dans cette lettre, Merteuil traite Valmont comme un enfant et lui fait la leçon (« la véritable école » : ce qui peut paraitre comme une forme de condescendance envers Valmont). Cela marque également une relation très forte entre les personnages, relation entre le défi et la provocation mais qui sous-entend que la Marquise...
tracking img