Levis

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (474 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Levi Strauss Co avait conservé à San Francisco, comme un témoin, une usine où les ouvriers continuaient de couper, coudre, assembler et riveter avec les machines et les outils d'autrefois. Unecrise du jean a conduit l'entreprise à fermer cet établissement. Vingt-neuf autres, bien plus modernes, ont été délocalisés. L'usine de Valencia Street, construite après le tremblement de terre, dataitde 1906. C'est un peu d'Histoire qui s'en va ! Espérons que la société sera un jour en mesure de rouvrir son musée.
Comme dans les sociétés humaines, souvent, un mythe de la création naît dans lesgrandes entreprises. Histoire ou légende, Levi Strauss serait arrivé à San Francisco en 1850 avec un chargement de toile de tente : n'arrivant pas à s'en débarrasser, il en aurait fait des pantalons detravail.
La version officielle est un peu différente ! Originaire d'une famille bavaroise, Levi apprit son métier de négociant en tissus à New York, dans l'affaire de son frère. En 1853, sûr de sescapacités, autant qu'on peut l'être quand on part seul vers l'inconnu, attiré comme des dizaines de milliers d'autres par la ruée vers l'or, il vint créer une succursale dans l'Ouest. Il fit bien, etson entreprise prospéra.
Vingt ans après, l'or se faisait rare dans la Sierra, mais les mines d'argent du Nevada étaient en plein essor. Jacob Davis, tailleur à Reno et client de Strauss, renforçaitavec des rivets les coutures des vestes et des manteaux qu'il cousait. Lassé de voir les poches de pantalons arrachées par tout ce qu'y fourraient les mineurs, Davis les renforça de la même façon.Devant son succès, ses concurrents ne tardèrent pas à l'imiter. Jacob Davis n'était démuni ni de bon sens, ni d'argent : il devait protéger l'invention ! Il était submergé de travail, et le voyage à SanFrancisco lui aurait pris trop de temps : il envoya deux pantalons rivetés à Strauss, accompagnés d'une lettre où il lui proposait de partager les profits éventuels, comme les soixante-huit dollars...
tracking img