Lola et loli

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1369 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
gfcgcv ezjfdezhf zjdzajdhzd uzdhzdhza dzudihzduh udhuzdhzu zuduzhdz ud zudhzdu udhzudhzauh uahduadhuz zudhudhuhzu uzhduzdh uzhduzdhau zudzudhzu uzdhuzdhau uzdsuzhduze euefheuhfh f g h h jj k kh g gg g gg g g g g g g g g g g g g g g g g g g g g g g h h h h h hh h h h hh h hh h h h h h hh hj j jj j j j j j j kk k k kd f d f df d f d f d f d f d f d f d f d f df d f d f d f f df df fd f d f df d f d f d f d fd f d f d f d f df d f d fd f d f d f d f df d f d f d f f d f dd f d f kk lll l ll l l j jj j kkhkhgkgkgkgfkfkdkd
Sujet du travail

YOURCENAR, "Nouvelles orientales", "Comment Wang Fô fut sauvé". Résumé et analyse: l'art et l'initié.

Corpus

Les Nouvelles orientales

Type de la demande

Rédaction

Précisions

Intégrer les données du conte taoïste.Travail initialement réalisé par le demandeur


Travail initial

Lecture et réflexion: pourquoi Wang Fô est-il "sauvé" et Ling ressuscité?



Conseils prodigués


Conseils du correcteur

-



Travail dirigé


PLAN

-

INTRODUCTION

Résumé:

Wang-Fô, le vieux peintre et Ling, son disciple, traversent lentement le pays de Han.

A. Exposition:Quand Ling rencontra le peintre dans une taverne, il était le riche époux d’une jeune femme « au cœur limpide ». Cette nuit-là, Wang-Fô lui fit découvrir « l’image des choses » et par la beauté de l’essence, il le débarrassa de deux peurs, celle de l’orage et celle des insectes. Ling invita chez lui le peintre sans argent et lui servit de modèle pour le portrait d’une princesse jouant du luth. Lafemme de Ling devint sous le pinceau de Wang-Fô un jeune prince, puis une fée. Cependant, sa beauté se ternissait en même temps que son mari préférait la représentation que le peintre en faisait. Elle se suicida et Wang-Fô fixa la teinte verte qu’elle avait prise en mourant. Ling en oublia sa troisième peur, celle du visage des morts. Dès lors, il se consacra au confort matériel du peintre. Safortune épuisée, il accompagna Wang-Fô sur les routes.

B. Action
Une nuit, les soldats de l’Empereur les arrêtent et les conduisent devant le « Fils du Ciel ». Ce dernier explique aux captifs les raisons de leur arrestation : enfant, il fut élevé à l’abri de l’extérieur, au milieu des œuvres de Wang-Fô. Quand son père lui permit enfin de découvrir le monde réel, il fut déçu et n’y vit « qu’unamas de taches confuses, jetées sur le vide par un peintre insensé, sans cesse effacé par nos larmes ». Il vécut alors dans le désir de posséder l’empire de Wang-Fô, celui des courbes et des couleurs. C’est pourquoi il a décidé de punir le peintre en lui brûlant les yeux et en lui coupant les mains, de sorte que lui non plus ne puisse entrer dans le royaume des essences. A ces mots, Ling se jette surl’Empereur pour le tuer mais les gardes s’emparent de lui et lui tranchent la tête. Le « Dragon céleste » précise ses intentions : avant d’être mutilé, Wang-Fô devra terminer un tableau que dans sa jeunesse, il n’a pas pris le temps d’achever. Le peintre se met alors au travail, heureux de retrouver une vision de sa jeunesse et de l’enrichir de l’observation de toute sa vie. Le ciel d’abord, lamer ensuite et au premier plan, un canot… Peu à peu, sous les coups de pinceau, la salle impériale s’emplit d’eau et du bruit des rames, la mer monte et submerge l’Empereur ; la barque, conduite par Ling dont une écharpe rouge entoure le cou, se rapproche et emmène Wang-Fô vers le « pays au-delà des flots ». Alors, la mer se retire du palais et l’Empereur a juste le temps de contempler, sur lerouleau de soie, la barque qui s’éloigne « sur la mer de jade bleu que Wang-Fô venait de créer ».

DEVELOPPEMENT

Analyse

L’ apologue taoïste rejoint, sous la plume de M. Yourcenar, le mythe du Moi. Wang-Fô est le « sage » qui atteint la perfection esthétique, hors de l’ordre social et des possessions matérielles. Dans sa quête de « l’irréel », le peintre, en effet, inverse les idées reçues...
tracking img