Madame bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3777 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dossier ECJS :

Les discriminations à différents degrés sociaux envers les immigrés

Pb :

Noms : François Joly
Thomas Guieysse
Antoine Gallaire

Sommaire:

I. Introduction

II. La discrimination à l’école dès le plus jeune âge :

A. Premier article
B. Deuxième article
C. Troisième article

III. La discrimination au travail et àl’embauche :

A. Première partie
B. Deuxième partie
C. Troisième partie

III. Une discrimination au logement :

A. Premier article
B. Second article

IV. Conclusion

I. Introduction :

Le racisme et la discrimination à cause des différences sont malheureusement deux choses courantes dans la vie de tous les jours.

Le racisme est une idéologie qui supposel'existence de races humaines[] et qui considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d'autres.[]
Cette idéologie peut entraîner une attitude d'hostilité ou de sympathie systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes. Dans le cas de l'hostilité ces actes se traduisent par une forme de xénophobie ou d'ethnocentrisme.
Certaines formes d'expression du racisme, comme lesinjures racistes, la diffamation raciale, la discrimination négative, sont considérées comme des délits dans un certain nombre de pays.

Les idéologies racistes ont servi de fondement à des doctrines politiques conduisant à pratiquer des discriminations raciales, des ségrégations ethniques et à commettre des injustices et des violences, allant jusqu'au génocide.

Le concept de discriminationsociale fait son apparition à la suite des luttes politiques pour l'égalité de droit entre les hommes qui aboutissent dans la plupart des pays occidentaux au début de la seconde moitié du XXe siècle à l'abolition progressive des différences légales de traitement (fin de la colonisation, de la ségrégation aux États-Unis, etc.).
Dans un contexte où la société évolue dans le sens d'une généralisationdes mécanismes de concurrence, certains groupes sociaux ne bénéficient pas objectivement des mêmes chances que les autres, malgré l'égalité de droit dont ils jouissent en principe. C'est le cas des minorités visibles, des femmes, des handicapés, des seniors, etc.

Pour rétablir un équilibre des chances, ces États engagent des politiques de lutte contre les discriminations. Cette lutte emprunteplusieurs chemins. D'abord le droit : du point de vue du droit, la discrimination ne consiste pas à léser un groupe, mais un individu, en se fondant sur un critère illégitime. Il s'agit de protéger les individus en sanctionnant la discrimination.

Il s'agit aussi de prévenir les discriminations par exemple en rendant anonymes les candidatures à des emplois. Ensuite, des politiques derééquilibrage, appelées « discrimination positive », qui visent à rééquilibrer les chances entre les groupes.

Enfin, de manière plus générale, il existe des mesures économiques, sociales et culturelles
Ces deux concepts peuvent parfois être de redoutables barrières pour la vie sociale d'une personne, dés la plus jeune enfance, à l'école, jusqu'à trouver du travail, étant plus grand.

II. Ladiscrimination à l’école dès le plus jeune âge

A. Premier article :

L’école est la première institution avec laquelle les nouveaux arrivants – tant enfants que parents – font connaissance, d’où son importance dans leur intégration linguistique et culturelle. L’école se doit donc de leur offrir une structure d’accueil efficace pour les encourager à s’adapter le plus rapidement possible aux modesde vie socioculturels.
Les participants à notre table ronde ont fait valoir toute l’importance de la circulation de l’information auprès des enseignants et des parents, de la formation des enseignants à l’interculturel et des moyens à mettre à la disposition des écoles pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants.
Mais à la base, il faut que les personnes issues des communautés...
tracking img