Mais qu'a-t-on fait lundi?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1136 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Maroc : évolution ou révolution ?
Les jeunes prennent les choses en main

Nous vivons une époque formidable. Un printemps qu’on n’attendait pas et qu’on n’aurait pas anticipé. La jeunesse de Tunisie et d’Egypte viennent d’ouvrir une porte de l’histoire qu’on pensait fermée à force d’être résignés, las d’attendre un changement qu’on ne croyait jamais venir.

Si l'on fait, le tour de la"région", on aura remarqué que le détonateur tunisien, où dominent les diplômés chômeurs de régions délaissés par l'Etat (plus que par le régime, comme on l'entend bien souvent), n'a que peu à voir avec le contexte égyptien, où la jeunesse cairote nantie et éduquée a réussi à déclencher une contestation qui a poussé la colonne vertébrale si l’on puit dire du système politique, à savoir l'armée, à dire« assez ». Que dire aussi de l'Irak, où « la démocratie » a été établie à la pointe des armes des américains. Que dire du Yémen et de la Libye, où les divisions régionalistes, religieux et tribaux pèsent bien plus lourd que le souci de démocratie. Que dire des monarchies du Golfe, de Bahreïn, où la contestation de la communauté chiite majoritaire est aussi ancienne que l'émirat-royaume, ou du Qatar,étrangement absent de la couverture d'Al-Jazzera. Que dire de l'Iran, où la répression est l’une des plus féroces, mais où les leaders de la contestation sont issus du sérail de la Révolution islamique. Que dire enfin de l'Algérie, où les années de guerre civile ne cessent d’avoir des répercussions sur la vie quotidienne des algériens.

En ce printemps Arabe, comment ne pas penser au Maroc ? A encroire nombre de réactions, il nous fallait ignorer la marche de l’histoire comme si tous ces changements et bouleversement s’arrêteraient aux frontières du Royaume. Quand ils n’insultent pas le présent et l’avenir en prétendant que le Maroc est « à sa manière » une démocratie, que tout changement est forcément chaos. Ils appellent cela « l’exception marocaine ». 

Qu’on se le dise : Non, leprintemps arabe ne peut pas s’arrêter aux frontières du Maroc.

En effet, le "réveil arabe" a relancé, dans la société civile marocaine, une volonté de réformes qui s’était essoufflée depuis un moment déjà. Les autorités, au Maroc, ont pris l'habitude de gérer l'expression des revendications. Contrairement à ce qui se passait à l'époque d'Hassan II, elles ont appris à dissocier ce qui relève de lacontestation de la légitimité du régime et ce qui relève de la revendication économique ou sociale, ou de la dénonciation de certains dysfonctionnements de l'administration. Mais toutes ces vagues de revendications sont mises en veilleuse, que ce soit de gré ou de force : le peuple ferme les yeux, les autorités répriment les manifestants. Il était devenu scène de la vie quotidienne que d’assisterà la baston que reçoivent les chômeurs qui manifestent chaque semaine devant le parlement.

Début 2011, un appel à manifester a été diffusé par différents mouvements de jeunes, via le réseau social Facebook entre autre. Ces appels n'ont pas été relayés par les partis politiques ou les syndicats, mais bien par différentes organisations de défense des droits humains. Le mouvement des jeunes du 20février est lancé.

La peur a changé de camp depuis la révolution de Sidi Bouzid. Comme si ils n’avaient rien compris, à Rabat, des semaines et mois passés. Moncef Belkhayat les avait dénoncés comme étant « les ennemis de notre nation qui veulent organiser une marche le 20 février ». Tant d’aveuglement, tant de surdité ! Comment est-ce possible ?

Le 20 février, plusieurs milliers deMarocains, inspirés donc par les révolutions tunisienne et égyptienne, étaient descendus dans les rues pour réclamer des réformes politiques. Face à ces revendications, Le roi Mohamed VI annonce le 9 mars dans son discours une réforme de la Constitution et la désignation d'une commission chargée de préparer des propositions d'ici le mois de juin. Sa Majesté précise que cette réforme devrait...
tracking img