Marketing

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 34 (8349 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lab.RII

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation

DOCUMENTS DE TRAVAIL

N°69

Novembre 2003

A propos du management de crise

Rémy VOLPI

Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation http://www-heb.univ-littoral.fr/rii Maison de la Recherche – 21, quai de la Citadelle – 59140 DUNKERQUE téléphone : 03.28.23.71.47 – fax :03.28.23.71.43 – email : labrii@univ-littoral.fr site web : http://www-heb.univ-littoral.fr/rii

1

A PROPOS DU MANAGEMENT DE CRISE CRISIS MANAGEMENT

Rémy VOLPI

RESUME – Si prévoir c’est gouverner, l’imprévisible est-il gouvernable ? Qui plus est, hébété par le surgissement d’une crise, le manager n’est guère en état d’agir. A ce double titre, le management de crise apparaît donc totalementcontradictoire, et relèverait de la mission impossible. L’auteur montre que ce paradoxe n’est qu’apparent. D’abord parce que le changement, fait nouveau dans l’histoire de l’humanité, est le moteur même de l’économie. Et avec l’accélération qui en découle, le management post-moderne consiste non plus à planifier afin de plier le monde à ses vues, mais plutôt à négocier continûment de manière assuréeavec un environnement incertain. Le management de crise s’apparente à l’art du discours improvisé pour lequel le naturel, le spontané, nécessite un long apprentissage. Celuici, à l’instar des manœuvres militaires, passe par des exercices de simulation avec retour d’expérience. L’objectif est d’acquérir les bons réflexes qui pallient l’altération momentanée des facultés mentales, pour pouvoirmaîtriser l’impact de la crise, puis réfléchir à l’action et la mener. ABSTRACT – If governing is forecasting, can the impredictible be governed ? Moreover, with the psychological impact of a bursting crisis, the manager is hardly in a position to manage. Due to these two reasons, management crisis seems to be a perfect oxymoron and is rather like a mission impossible. The author demonstrates that this isonly apparently true. First of all, because change, a new phenomenon in the history of man, is the very spring of economy. And with the resulting acceleration, post-modern management no longer consists in trying to plan in order to get the environment the way you want it to be, but rather to ceaselessly and assuredly negotiate with an uncertain environment. Crisis management is akin to the art ofimprovised speech for which sounding natural and spontaneous requires a long apprenticeship. This latter, like military maneuvers, needs simulation drills and experience feedbacks. The aim is to acquire the appropriate reflexes to compensate for the momentarily paralysis of the mental faculties in order to keep the crisis under control, and then be quickly in a position to think about what to doand lead the action.

© Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation Université du Littoral Côte d’Opale, novembre 2003 2

A PROPOPS DU MANAGEMENT DE CRISE CRISIS MANAGEMENT

TABLE

Introduction 1. Crise : de quoi s’agit-il ? 2. Crise : quels effets ? 2.1. Les effets de l’urgence 2.2. Les effets de la déstabilisation 2.3. Les effets des enjeux vitaux 3. Crise : un révélateur ? 4.Management : de quoi s’agit-il ? Management de crise : que faire ? Mea culpa versus chest beating Conclusion : « Un mort est un con » Bibliographie

5 5 6 6 6 8 9 11 13 16 17

3

Introduction L’expression même de management de crise se présente comme un parfait oxymore : K.-O. debout par un coup dur inopiné, le manager est mis en demeure de résoudre sans délai la quadrature du cercle. Deplus, alors que, selon Condorcet ou Saint-Simon, le progrès allait soustraire l’humanité à l’empire du hasard, nous sommes bel et bien de plain-pied dans ce que Edgar Morin appelle « l’ère damocléenne ». Et, avec la défragmentation-intégration des économies, le phénomène va s’amplifiant, du barrage de Malpasset (Fréjus, décembre 1959) à la déconfiture d’Alstom (juillet 2003), en passant par la...
tracking img