Memoire de maitrise : les investissement public (ptip) et la production agricole dans l’économie sénégalaise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9005 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION GENERALE
L’agriculture sénégalaise est marquée par des difficultés importantes liées, au bas coût des matières premières sur le marché mondial des matières premières dont le Sénégal est producteur. La culture de l’arachide, implantée du temps de la colonisation, demeure une des principales productions agricole. Après des

années de sécheresse, l’effondrement des prix mondiaux desoléagineux annihile les efforts d’augmentation de la production des agriculteurs. Cette situation entraîne une désaffection des agriculteurs, qui se retournent vers les céréales vivrières. Les conditions de production et de commercialisation, qui dépendent de l’État, entraînent des difficultés pour les producteurs qui sont payés tardivement et à un prix bas. Le rôle de l’état est d’autant plusimportant qu’il est le principal pourvoyeur des infrastructures. L’investissement est l’une des variables plus importantes de la production d’une nation. A court terme l’instabilité des décisions d’investissement est la principale source des fluctuations

conjoncturelles. À long terme, l’investissement détermine la capacité de production d’une économie, et en constituant le vecteur du progrèstechnique. On retrouve ce concept au centre de nombreuses controverses ainsi qu’à l’origine de la plupart des explications des phénomènes majeurs de l’évolution économique. Celui-ci reste la composante la plus instable du PIB, donc la plus difficile à expliquer et prévoir1. L’investissement revêt plusieurs caractères mais dans notre travail nous nous intéressons à l’investissement public alloué ausecteur agricole par le biais des PTIP (programme triennal d’investissements publics). Il s’agira de répondre à la fin de notre travail à la question suivante : quel est l’impact de l’investissement public agricole sur le produit intérieur brut agricole au Sénégal ? L’analyse de cette question relève avant tout d’un bon diagnostic de la situation du monde rural qui mobilise plus de 50 % de lapopulation sénégalaise, mais
1

Patrick Villieu. Macroéconomie : l’investissement

1

aussi de l’évolution des investissements publics (PTIP) qui soulève beaucoup de problème au niveau du suivi et de l’effectivité des projets d’investissement. Elle passe tout d’abord par un constat : un niveau élevé d’analphabétisme, de manque d’infrastructures éducatives, sanitaires et sociaux en milieu rural.L’État doit être en mesure de garantir une bonne orientation des politiques d’investissements agricoles ainsi que leur suivi pour promouvoir la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des ruraux (les agriculteurs) et d’accroître l’équité entre les hommes et les femmes. L’objectif principal de ce travail est d’analyser l’impact l’investissement public (PTIP agricole) sur PIB agricole. Dans unepremière partie, nous donnons un aperçu de la production agricole au Sénégal et de même que les investissements publics (PTIP alloué au secteur agricole). Avant de terminer dans une deuxième partie sur l’ensemble des études et théories qui se sont intéressées au PIB et ensuite nous finirons cette partie sur l’étude d’un modèle qui mettra en relation le PIB à différents composants tels quel’investissement (PTIP).

2

I - PREMIÈRE PARTIE
APERÇU DE LA PRODUCTION AGRICOLE ET LES INVESTISSEMENTS PUBLICS Dans cette première partie, nous essayerons d’analyser le contexte socioéconomique de notre pays puis nous nous intéresserons à l’étude du PIB et de ses composantes. Nous analyserons également les PTIP (programme triennale d’investissement public) en relation avec le secteur agricole.Ensuite nous d’écrirons l’évolution du système agricole Sénégalais, avant de faire un large diagnostic de la situation actuelle du monde rural. CHAPITRE 1 : CADRE DE L’ÉTUDE

A – CADRE MACROECONOMIQUE DE L’ECONOMIE SENEGALAISE 1. CONTEXTE Le Sénégal comme la majeure partie des pays dans la période de l’après guerre (1939-1945) n’a pas échappés aux influences des théories keynésienne. Compte...
tracking img