Montaigne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1252 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1) Eléments biographiques.
Difficulté : Mort de son ami, mort de ses filles.
A partir de ses 45 ans, Montaigne va souffrir de la gravelle (Calcaire dans les reins).
Ces voyages lui permettent de « frotter sa cervelle contre celle d’autrui »
Il regarde la mort venir avec courage, il sait qu’il va mourir.
 Voir feuille annexe sur Montaigne.

2) Les Essais
C’est l’unique livre deMontaigne. Il les a en permanence repris et travaillés, dans le sens actuel, un essai est une œuvre de réflexion débâtant d’un sujet donné selon le point de vue de l’auteur. « C’est le registre des expériences de ma vie. Je suis moi-même la matière de mon livre » Ce n’est ni une autobiographie, ni un auto portrai, ce n’est pas un livre ou il raconte sa vie, c’est plutôt le journal d’un homme à larecherche de la sagesse.
« Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition » (Rapprochement à Socrate !  ) Càd que via les expériences d’un individu, on peut avoir accès à l’universel. Il pense que son cas peut servir d’exemple, mais pas comme modèle à suivre. Il n’impose donc, en aucun cas, sa vision des choses comme une vérité absolue.

Les Essais de Montaigne forment donc une longueréflexion sur la vie, et les manières de s’en accommoder. Il est plutôt stoïque au départ, pour ensuite se diriger vers le scepticisme, puis se rapproche plus tard d’Épicure.
On retrouve quelques éléments typiques de la renaissance : L’anthropocentrisme., l’esprit critique, la valeur de l’expérience en opposition à la théorie, la curiosité, l’influence de l’antiquité , et la liberté par rapportaux doctrines.

3) Les aspects de la pensée de Montaigne.
 Une pensée humaniste et naturaliste.
Ce qu’on retrouve principalement dans les textes 1 et 3 (voir feuille annexe). On y retrouve des éléments du stoïcisme, ce qui l’amène à être stoïque c’est la mort de la boétie.
En plus, ces différentes souffrances (mort filles, ami…) le rapprochent du stoïcisme. Il retrouve dans la philosophie,du secours face à la mort.
Une pensée épicuriste, par sa confiance en sa nature et la vie.(« J’aime la vie ») On y retrouve aussi le principe du mémento mori, il n’a pas d’inquiètude par rapport à l’haut delà. Il ne se base pas dutout sur l’interprétation chrétienne de la mort.

 Un grand scepticisme
Tout comme Piron, Montaigne voyage beaucoup avec également cet engagement politique. Lesguerres de religions vont l’amener à prendre distances par rapport aux certitudes, au crédo et par rapport au fanatisme. Remise en question de ce que l’on perçoit par les sens. « Nos sens nous trompent, et la raison n’est qu’un instrument libre et vague » . On a un peu l’idée septique ! «Dans le monde dans lequel nous vivons, il n’y a pas de vérité absolue. » Selon, lui l’homme connaît trop dechoses et est trop arrogant, et il faut relativiser sa place dans l’univers.
Montaigne à l’époque amène déjà l’homme à relativiser sa place dans la nature, il s’oppose à la bible en disant ceci. Son scepticisme est le résultat de son observation du monde. Il parle du monde comme une balançoire perpétuelle. C’est l’alternance, des moments de bonheur ou des moments de malheur. Il faut aussirelativiser ces moments, il n’y a pas de bonheur absolu ! Tout comme il n’y a pas de malheur absolu. En relativisant tout, il réalise que le scepticisme ne résous pas tout, il y a d’autres éléments à aller prendre ailleurs aussi.
Le scepticisme se marque par une pensée indépendante et une pensée anti-dogmatique. (=accepter sur une série de vérités que l’on ne peut approuver, des choses qui se basent surla foi.) On retrouve le doute et le relativisme chez lui ainsi qu’une méfiance par rapport à tout dogme, à toutes certitudes.
La seule certitude pour lui, c’est celle qu’on tire de l’expérience individuelle, pas par un enseignement doctrinal. Le « je « devient central !  Relativisme contemporain !
Le scepticisme chez Montaigne, n’est pas pessimiste ! Il n’est pas dans un discours ou «...
tracking img