Mort du roi tsongor : commentaires critiques de lecteurs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1275 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaires critiques de lecteurs

Source : http://www.babelio.com/livres/Gaude-La-mort-du-Roi-Tsongor/10414/critiques?

Par Alexielle63 le 15/12/2010
J'ai beaucoup aimé. Ce livre raconte l'inutilité de la guerre, la violence qui habite chacun de nous, l'orgueil des hommes, leur soif de pouvoir et de sang. Je me suis surtout attachée aux pas de Souba, le plus jeune fils du roi, lequel,sentant la guerre approcher, a voulu le préserver en lui confiant une mission : ériger sept tombeaux à sa mémoire. C'est aussi une quête à la découverte de son père : il va découvrir ses mauvais comme ses bons côtés, prendre conscience de l'héritage du roi Tsongor : un héritage de sang ! Il y a également Katabolonga, le fidèle compagnon du roi, qui brille par sa loyauté et sa sagesse. Mais surtoutj'ai aimé ces visages de femmes (Samilia, Shalamar et Mazébu) qui ont également un rôle déterminant : elles sont la voix de la sagesse. Elles sont superbement mises en valeur.
La fin est également magnifique. Laurent Gaudé maîtrise à merveille son écriture et sait susciter les émotions : j'ai failli pleurer à plusieurs reprises ! Je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin avec l'auteur…

ParLiliGalipette le 03/07/2009
Le premier jour des noces de sa fille Samilia, le roi Tsongor sait que la paix est en péril. Promise à Kouame par son père, la belle princesse Samilia a oublié le serment d'enfance qui la lie à son compagnon de jeux Sango Kerim. Celui-ci revient, après des années d'errance. Devenu homme, il réclame la femme qui lui est dûe. Pour éviter la guerre, Tsongor se donne la mort,espérant que cet acte ultime calmera les passions. Mais le sacrifice du plus grand roi du monde n'y fait rien. Kouame et Sango Kerim vont s'entretuer, à la tête de leur armée, pour Samilia et pour Massaba, la ville du roi Tsongor. Seul Souba, le cadet de la famille Tsongor échappe au massacre et à la folie des hommes. Son père lui a confié une mission d'éternité: bâtir sept tombeaux à sa mémoire,dans les lieux les plus spectaculaires de son royaume. Pendant que Souba arpente les routes, les fils du roi Tsongor se donnent la mort sous les remparts de l'immobile Massaba.
J'avais lu ce livre au lycée, en 2002... Je l'ai redécouvert avec passion. Quelle ampleur et quelle beauté dans ce texte! Je le conseille aux amoureux d'aventure épique.

Par BMR le 28/02/2010
Il était une fois.
Dansune Afrique imaginaire, à une époque imaginaire, Laurent Gaudé nous conte La mort du Roi Tsongor, à la veille des épousailles de sa fille unique et préférée.
Car rien ne va plus au royaume de Massaba.
Un deuxième prétendant s'invite au mariage de la fille. le roi meurt. Les deux prétendants vont s'entre-déchirer et livrer bataille au pied des murailles de la ville assiègée.
Bref, tout fout lecamp et il y a quelque chose de pourri au royaume de Tsongor, un royaume bâti à force de conquêtes, d'ambitions, de batailles et donc de morts.
Trop de morts, qui pèsent maintenant lourdement sur le destin de chacun : aucun n'en sortira indemne.
Dans un style très théâtral, Laurent Gaudé fait preuve d'un étonnant syncrétisme mythologique rassemblant des bribes de tragédie grecque, de guerre deTroie, d'amazones, de jardins babyloniens et même d'une armée de soldats d'argile.
On retrouve dans cette épopée homérique la poussière des combats déjà soulevée dans les romans d'Ismail Kadaré.
On aurait aimé y retrouver le souffle qui animait l'abanais nationaliste.
On aurait aimé y retrouver un peu d'exotisme puisqu'on n'est finalement guère curieux de retrouver ici une autre Hélène oud'autres Hector ou Achille sous les remparts de la ville : un air de déjà vu.
Tout cela est fort bien écrit mais on aurait aimé y trouver un supplément d'âme plus intime comme si Laurent Gaudé s'était livré à un exercice trop académique : rassemblez vos souvenirs de la classe de mythologie classique et racontez une belle histoire.
On aurait aimé que l'Afrique soit plus présente ou que l'humain et le...
tracking img