Nationalisme en europe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1823 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Il n’existe guère de mot que l’on retrouve aussi souvent dans le domaine historique, politique ou encore même journalistique : le nationalisme. Il n’en est non plus guère qui soit aussi ambiguë à définir. Il est reconnu par tous que le nationalisme est un phénomène majeur de l’histoire européenne du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. Il est un facteur décisif de l’évolutiongénéral des sociétés car il qui vise à légitimer l’existence d’une nation pour chaque peuple. On peut donner à ce concept différentes colorations. On différencie alors le nationalisme des « nationalistes », celui qui est rigoureux, structuré et hautement proclamé, du nationalisme qui se rapproche du patriotisme. Nous allons nous intéresser tout particulièrement au nationalisme en Europe, c’est-à-direqu’il s’étend sur le territoire séparé par l’Afrique par le détroit de Gibraltar et par la mer Méditerranée et qui est réuni à l’Asie par les plaines russes, où les monts Oural le séparent du monde asiatique. Comment peut être défini le nationalisme ? Sous quelles formes apparait le nationalisme en Europe ? Tout d’abord, nous verrons comment est apparue la définition de « nationalisme » et combien elleest changeante selon les pays (I). Puis dans un second temps, nous verrons comment l’on peut créer deux types de nationalisme et quels sont leurs limites. (II)

La notion de nationalisme apparaît en Grande Bretagne et en France dans le courant du XIXe siècle. Ce terme de nationalisme n’a cessé de s’enrichir de diverses significations. Selon que l’on soit anglais, français, allemand ou italien,la définition varie sensiblement. Ce terme est vraisemblablement d’origine britannique et son apparition semble remonter au début du XVIIIe siècle. L’apparition de l’adjectif « nationalist », qui date des années 1710, semble précédé à l’apparition du terme « nationalism ». Pendant longtemps, son usage semble être très restreint au point que dans la quatrième édition du Dictionnaire (1773) deSamuel Johnson le mot « nation » figure mais le « nationalism » ne figure pas. En fait, le terme ne semble s’être répandu majoritairement que dans les années 1850 et ce n’est qu’à la fin du XXe siècle qu’il prend définitivement place dans les dictionnaires. Notons que ses emplois restent d’ailleurs diversifiés. Le mot « nationalisme » sert à désigner dans la majorité des cas les manifestations de laconscience et du caractère national. Il peut aussi avoir une signification politique (qui s’applique dans le cas des nationalités assujetties à une domination étrangère), économique (qui dans ce cas se confond avec la définition de la nationalisation) ou encore religieuse (d’après l’Oxford English Dictionnary le nationalisme est « une doctrine selon certaines nations sont l’objet de la préférencedivine). De plus, remarquons que le terme utilisé au sens d’exaltation patriotique. En France le « nationalisme » est utilisé pour la première fois en 1789 dans un texte de l’abbé Barruel qu’il utilise pour marquer d’un fer rouge le « patriotisme jacobin » : à ce propos, il écrit « Le nationalisme prit la place de l’amour général (…) alors il fut permis de mépriser les étrangers, de les tromperet de les offenser. Cette vertu est appelée patriotisme ». On retrouve plus tard ce terme employé dans Jeune Suisse par Mazzini. On donne alors une coloration péjorative àce nouveau terme et il détermine alors des manifestations de l’impérialisme monarchique contraires aux aspirations des nationalités opprimées. Dans le Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse de 1874, on donne deux sens aunationalisme. Le premier est synonyme du « chauvisme » (Nicolas Chauvin est un soldat français imaginaire qui incarne le patriotisme exalté). Dans le second sens, il le décrit comme « l’existence propre des peuples à l’état de nations indépendantes ». Mais à ces deux définitions s’en ajoute une tierce définie par les doctrinaires politiques à la fin du XIXe siècle Barrès et Maurras. Le «...
tracking img