Nicolas bouvier, l'usage du monde

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1085 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 janvier 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
NICOLAS BOUVIER, L’USAGE DU MONDE

INTRODUCTION

Ce texte est extrait de L’usage du monde, récit de voyage publié par Nicolas Bouvier en 1963, voyageur célèbre pour la qualité de ses récits.
Ce passage met en scène l’hiver a Tabriz (Iran) cerné par la neige. Soumis à l’immobilité, les deux voyagers confrontent alors leur expérience d’un voyage, cessant d’être mouvement, qui leur livre àl’introspection (analyse du sujet par lui même).

Nous verrons ainsi quelle relation l’auteur instaure avec le monde dans cette expérience inédite du décentrement.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

BIOGRAPHIE

Nicolas Bouvier (1929 – 1998). Voyageur célèbre pour la qualité de ses recits, livre une image empreinte de sagesse où leregard sur les terres étrangères va de pair avec une méditation sur soi et sur le rapport aux autres. L’usage du monde est un récir du voyage qu’il a effectué avec le dessinateur Tierry Vernet, en Fiat Topolino, de la Yougoslavie à Afganistan entre 1953 et 1954.

1. CONCEPTION DU VOYAGE PROPOSÉE

C’est l’occasion d’une réflexion sur le voyage : entre la narration et l’essai. Il expose ainsiune réflexion personnelle sur l’éxpérience vécue.

A. LA CARACTERISATION DU VOYAGE

Voyage en tant qu’expérience est au centre de se passage. Nombreuses expréssions pour remplacer «voyage» comme : «l’aller-retour», une «entrepreise», «la boucle». De ces expressions se dégagent trois aspects majeurs du voyage : cheminement, mouvement (s’inscrit dans le dynamisme) ; et il est associé àl’incertitude.
Voyage donc conçu comme une expérience personnelle fondamentale, l’aventure stimule le voyageur («m’intriguait tellement») en même temps qu’elle peut le «désemparer».

B. L’AUTHENTICITÉ DU TÉMOIGNAGE

Cette conception complexe est validée par l’expérience même du locuteur. Dans le texte, il est narrateur de sa propre espérience. L’authenticité marque le propos. L’on retrouve ici un destopoï de la relation de voyage, établie sur l’autheticité de la narration et la sincérité.
Si Nicolas Bouvier, dans de nombreux passages de l’oeuvre, met en scène sa rencontre avec l’Autre, ici, c’est de l’exploration de soi-même qu’il s’agit.

1. CONCEPTION DU VOYAGE PROPOSÉE

C’est l’occasion d’une réflexion sur le voyage : entre la narration et l’essai. Il expose ainsi une réflexionpersonnelle sur l’éxpérience vécue.

A. LA CARACTERISATION DU VOYAGE

Voyage en tant qu’expérience est au centre de se passage. Nombreuses expréssions pour remplacer «voyage» comme : «l’aller-retour», une «entrepreise», «la boucle». De ces expressions se dégagent trois aspects majeurs du voyage : cheminement, mouvement (s’inscrit dans le dynamisme) ; et il est associé à l’incertitude.
Voyage doncconçu comme une expérience personnelle fondamentale, l’aventure stimule le voyageur («m’intriguait tellement») en même temps qu’elle peut le «désemparer».

B. L’AUTHENTICITÉ DU TÉMOIGNAGE

Cette conception complexe est validée par l’expérience même du locuteur. Dans le texte, il est narrateur de sa propre espérience. L’authenticité marque le propos. L’on retrouve ici un des topoï de la relationde voyage, établie sur l’autheticité de la narration et la sincérité.
Si Nicolas Bouvier, dans de nombreux passages de l’oeuvre, met en scène sa rencontre avec l’Autre, ici, c’est de l’exploration de soi-même qu’il s’agit.

2. UN DÉBAT SUR LA CONCEPTION DU VOYAGE

Le passage ne met pas en scène l’altérité ni le voyage en lui-même, mais le débat qui oppose deux conceptions du voyage, ledésaccord.

A. L’OPPOSITION ENTRE DEUX CONCEPTIONS

L’amitié qui unit les deux voyageurs soutient la gravité de ce moment où le désaccord s’installe «je le trouvai sur le point d’éclater». Cette amitié soutient aussi l’effort de compréhension de l’auteur à l’égard de son ami : le quatrième paragraphe constitue une réflexion sur l’écart entre deux conceptions de voyage. Et cet écart génère...