Norbert elias

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1231 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte 4 : N.ELIAS, La civilisation des mœurs (1939)
*Question 1 :
Biographie :
Norbert ÉLIAS, écrivain et sociologue allemand, est né le 22 juin 1987 a Breslau et est mort le 1er aout 1990 a Amsterdam. N .ELIAS est né dans une famille de commerçants juifs aisés et particulièrement attaché à la psychanalyse.
Lors de la première guerremondiale, il passe une période de six mois sur le front oriental où il est affecté dans le service des transmissions. Au bout d’un an d’expérience du combat, il revient dans sa ville et exerce le métier d’aide infirmier pou blessé de guerre. Parallèlement, il entame des études de médecine. Puis en 1918, il entame des études de philosophie et se forme à la sociologie allemande. La psychologiefreudienne est à ce moment là en pleine essor .Devenu disciple en 1930 il devient l’assistant de Karl MANNHEIM à l’institut für Socialforschung de Francfort. En 1933, il fuit l’Allemagne nazie et s’exile en Suisse puis a Paris où il essaye désespérément de trouver un poste. Ami du grand spécialiste de l’histoire des idées : Alexandre KOYRE, il par en 1935 à Londres où il va rédiger le processus decivilisation. Va alors commencer pour lui une longue carrière d’enseignant en Angleterre où il demeure jusqu'à sa retraite. En 1954 il obtient un poste comme enseignant à l’université de Leicester et en 1956 il devient professeur de sociologie.
En 1933, il rédige une thèse sur la société de cour mais celle-ci est peu soutenu, tout comme son premier ouvrage sur le processus de socialisation, etne connaitront une large diffusion qu’a partir de 1969.Ce livre coïncide avec les thèses de la nouvelle histoire, dite « des Annales » qui s’opposent a l’histoire événementielle. L’une des thèses fondamentales de Norbert ELIAS porte sur ce qu’il considère comme une opposition de perspective entre l’histoire et la sociologie, et vise à réconcilier ces deux points de vue. Cette thèse est lié a sonrefus d’opposer l’individu et la société, considérant a l‘inverse que le processus d’individualisme a historiquement été lié a un processus de socialisation. Ce sociologue a toujours cherché dans ses travaux à dépasser la traditionnelle opposition entre individu et société. En effet les individus interdépendants forment la société car celle-ci n’est pas le simple agrégat de l’unitéindividuelle.
Bibliographie :
-Sur le processus de socialisation : .la civilisation des mœurs / la dynamique de l’occident (1974-75)
- La société de cour (2008)
-Qu’est ce que la sociologie ?(1970)
- La société des individus (1991)
*Question 2 :
Selon Norbert ELIAS, les pratique corporelles (par exemple : se laver, se moucher, déféquer…etc.) ne sont ni les résultats de pratiques rationnellesni le résultat de pratiques naturelles. La contrainte sociale pousse les individus à agir de la sorte. En effet, le sociologue explique dans son ouvrage la civilisation des mœurs, que si les individus expriment le besoin de se laver cela est du a la transformation des relations humaines. Les pratiques corporelles sont imposer par la société et obligent en quelques sorte les individus à agir audelà de leur volonté. .En effet, on se nettoie seulement par respect pour les autres. Dans son texte, l’auteur utilise l’exemple de l’enfant à qui on impose dès son plus jeune âge de se laver. Ce n’est pas a une conduite naturelle que l’enfant obéit mais a un fait qui lui imposer par la société. Au bout d’un certain temps le fait de se laver parait être évident et devient un automatisme.Cependant, cet automatisme est en fait la conséquence d’une contrainte extérieure. En effet, si l’individu se lave c’est pour être intégré a la société et être ainsi accepter par celle-ci.
*Question 3 :
La propreté était auparavant et est encore aujourd’hui un comportement déterminé par la société. En effet comme on peut le constater précédemment, les relations humaines font que pour qu’un individu...
tracking img