Pablo picasso

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1150 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Par son analyse profonde et sans cesse renouvelée des enjeux de la représentation, Picasso est l’un des plus grands peintres du XXe siècle. Son œuvre plastique — peinture, sculpture, gravure, céramique — traverse divers courants artistiques — cubisme, surréalisme — sans jamais s'y cantonner. Toute sa vie, Picasso engage un dialogue serré avec l'image, et met au défi le regard du spectateur, despremiers dessins de picadors dans son Espagne natale, aux bouleversants autoportraits des dernières années, ultime réflexion sur la peinture.

Un jeune Andalou dans la Barcelone interlope de 1900
Né en 1881 à Malaga, en Andalousie, Pablo Ruiz Picasso peint son premier tableau, Le Petit Picador, à l'âge de huit ans. Son père, peintre, décide d'arrêter la peinture en constatant le talentstupéfiant de son fils, alors que celui-ci n'est âgé que de treize ans.

La famille Ruiz Picasso s'installe à Barcelone en 1895. Là, le jeune Pablo fréquente les milieux artistiques catalans, et se lie d'amitié avec des artistes, notamment Carlos Casagemas, rencontrés au célèbre café Els Quatre Gats, dont il décore les murs. Il se fait illustrateur de journaux pour assurer sa subsistance.

Paris.Période bleue (1900-1904)
Attiré par Paris comme toute une génération d'artistes européens, Picasso arrive dans la capitale fin 1900 en compagnie de son ami Casagemas. Celui-ci se tue quelques mois plus tard : Picasso, bouleversé, peint plusieurs tableaux évoquant son ami comme L'Enterrement de Casagemas.

Ces années parisiennes sont synonymes pour le peintre espagnol de pauvreté, solitude et angoisse— thèmes que l'on retrouve dans ses toiles de l'époque, et dont les tonalités bleutées et verdâtres ont incité les historiens de l'art à inventer le terme de « période bleue ».

Paris. Période rose (1904-1907)
A la période bleue succède la période rose, où les thèmes abordés sont le cirque, les danseuses, les saltimbanques. Picasso, installé au Bateau-Lavoir, à Montmartre, rencontre GuillaumeApollinaire, qui commente ses œuvres. Plusieurs collectionneurs commencent à acquérir ses toiles, notamment le Russe Chtchoukine, et l'Américaine Gertrude Stein, dont l'artiste fréquente le salon, et en 1906, le marchand Ambroise Vollard achète une grande partie des toiles du peintre.

Le choc des Demoiselles d'Avignon
En 1906, la découverte au Louvre de sculptures ibères antiques, puis de lasculpture africaine, marque profondément Picasso. L'artiste commence alors à rendre de manière plus appuyée le relief dans ses toiles, comme en témoigne le Portrait de Gertrude Stein.

L'année 1907 marque une nette évolution stylistique dans l'œuvre de Picasso, qui travaille pendant des mois à un tableau manifeste, Les Demoiselles d'Avignon. L'artiste y bouleverse les codes de la figuration, etannonce le cubisme par la synthétisation des formes, héritée de Cézanne.

L'aventure du cubisme
Peu après l'exécution des Demoiselles, Picasso fait la rencontre de Georges Braque, qui est le réel inventeur du cubisme. Ensemble, les deux artistes mettent au point le cubisme « analytique » : la perspective centrale est abandonnée au profit de formes éclatées en multiples facettes.

A partir de1912, Picasso inclut des éléments réels dans ses toiles, ainsi dans la Nature morte à la chaise cannée, toile sur laquelle est collé un morceau de toile cirée imprimée. Les collages évoluent vers le cubisme « synthétique », qui offrent une vision simultanée des angles d'un objet. Parallèlement à la peinture, Picasso s'engage dans un travail de sculpteur et de graveur, qui sont essentiels dans saréflexion sur la représentation (Lire aussi notre article Picasso et le cubisme)

Le retour à l'ordre
Parvenant aux limites de l'abstraction, Picasso s'en éloigne résolument à partir de 1917, sous l'influence notamment de Cocteau, avec lequel il se rend en Italie, et les Ballets russes de Diaghilev, pour lesquels il crée décors et costumes. Cette période de « retour à l'ordre », sensible...
tracking img