Pantomime de diderot

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 36 (8838 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Hisashi IDA

La « pantomime » selon Diderot Le geste et la démonstration morale1
1. Diderot et le langage gestuel On a souvent remarqué le caractère fortement visuel de l’imagination de Diderot2, bien que la notion d’imagination signifie en elle-même la faculté de se représenter des images des objets dans l’entendement. L’imagination définie par Diderot est une faculté sensitive nécessaire nonseulement pour être poète ou philosophe, mais encore et surtout pour équilibrer les fonctions de l’esprit de l’homme, en liant les idées abstraites, conçues par son intellect, aux représentations des réalités sensibles auxquelles elles se réfèrent. Dans sa fonction, l’imagination s’oppose à la mémoire, qui ne rappelle que des mots abstraits3. Diderot appelle l’imagination « l’œil intérieur » etlie sa fonction au mécanisme physiologique de la perception visuelle4. Ainsi, selon lui, lorsqu’on aperçoit un arbre, le mouvement du champ de l’œil procède d’une partie de l’arbre à une autre, incapable d’embrasser sa totalité en une seule fois. C’est seulement après des expériences réitérées qu’on arrive à relier chaque partie de l’arbre à une autre en formant son image totale. De même,l’imagination ne peut créer une image totale de l’arbre que successivement, bien que la rapidité de la succession de ces images fasse oublier dans l’expérience quotidienne le caractère successif de la formation de l’image mentale5.
1. Le présent article fait partie de la thèse de doctorat sur Diderot que nous avons soutenue le 24 juin 1999 à l’Université Paris VIII (Hisashi Ida, Genèse d’une moralematérialiste : les passions et le contrôle de soi chez Diderot). 2. Diderot avoue lui-même que les peintres ont confirmé le caractère exceptionnellement pictural de son imagination. (Diderot, Salon de 1767, in Œuvres complètes, éd. Roger Lewinter, Paris, Le Club français du livre, 1969-1973, t. VII, p. 104. Toutes les citations de Diderot dans le présent article seront tirées de cette édition.) Diderotreconnaît que sa sensibilité aux images picturales a été formée par son habitude de regarder les tableaux. (Ibid.). 3. Diderot Discours de la poésie dramatique, in Œuvres complètes, t. 3, p. 440. On trouve une définition analogue de l’imagination dans le chapitre sur l’imagination des Éléments de physiologie. (Diderot, Éléments de physiologie, in Œuvres complètes, t. XIII, p. 789). 4. Ibid., p. 790.5. Ibid., p. 775.
Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 27, octobre 1999

26

HISASHI IDA

Selon la conception empirique et sensualiste du langage chez Diderot la suite des idées, des raisonnements ou des mots est liée d’une manière inséparable à l’enchaînement nécessaire que les objets sensibles et leurs parties gardent dans la nature. La perception visuelle d’un arbre, parexemple, qui procède successivement de sa totalité à ses parties explique l’ordre naturel de la formation des idées et des mots comme arbre, branches, feuilles, tronc et racine6. Comme toutes les idées viennent des sensations des objets, chaque fois qu’un homme forme un jugement l’opération de l’imagination intervient pour représenter ces objets à l’esprit7. Comme il est difficile de portersimultanément une égale attention à toute l’image, les erreurs des jugements sur les objets sont fréquentes. Diderot conseille alors d’analyser et d’énumérer toutes les parties de l’image des objets, bien que cela ne soit qu’un autre expédient imparfait : Il n’y a qu’un moyen de connaître la vérité, c’est de ne procéder que par partie, et de ne conclure qu’après une énumération exacte et entière, et encore cemoyen n’est-il pas infaillible ; la vérité peut tenir tellement à l’image totale, qu’on ne puisse ni affirmer ni nier d’après le détail le plus rigoureux des parties8. La même idée se retrouve aussi dans la Lettre sur les sourds et muets dédiée à l’abbé Batteux, auteur des Beaux-arts réduits à un même principe, et écrite en guise de réponse aux discussions de Condillac et de Dumarsais sur le...
tracking img