Paradoxe de la concurrence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2054 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Un paradoxe : quinze ans de libéralisme et de déréglementation n'auront pas mené à une concurrence accrue, mais au contraire à une vague exceptionnelle de concentration.

« Laissez passer les choses, laissez faire les hommes ». Vincent de Gournay (1712-1759) Cette citation résume bien la pensée libéraliste qui prône la réduction de la place et du rôle de l'Etat dans l'économie afin dedévelopper la place et le rôle des mécanismes de marché et qui répondrait aux problèmes liés à la montée de l'Etat providence après la seconde guerre mondiale.
En effet, une ordonnance du 30 juin 1945 avait bloqué les prix au niveau qu'ils avaient atteints au premier septembre 1939 ou encore au niveau fixé par arrêtés ministériels, interministériels ou préfectoraux. L'intervention directe de l'Etatsur les prix fut donc très active, mais ceci a pour effet d'empêcher la concurrence au niveau des prix, ce qui prive le consommateur des gains qu'il peut habituellement tirer de cette concurrence et entraîne un risque d'inefficience pour les entreprises. L'Etat exerçait également une action indirecte sur les prix en influençant l'offre. En effet, à l'aide d'une politique de droits de douane ilentraînait une limitation de l'offre étrangère et par le biais de subventions il privilégiait le développement de l'offre de certains secteurs.
Ainsi L'Etat et les établissements financiers publics afin de sauver les deux principaux groupes sidérurgiques, Usinor et Sacilor de la faillite ont annulés leurs créances et en sont devenus propriétaires à 85 % en contrepartie.
En 1981 le secteur publics'étend et applique le Programme commun de gouvernement signé en 1972. La Gauche prend le contrôle, partiel ou total de douze grands groupes industriels, de deux compagnies financières et de trente six banques.
Ces nationalisations donnent à l'Etat un poids considérable puisqu'il contrôle alors en plus de l'énergie et des transports, la distribution du crédit et une part importante del'industrie.
Le secteur public est remis en cause dès 1974, avant le retour de la Droite au pouvoir car les résultats économiques de ces nationalisations se révèlent décevants.
C'est pourquoi la vague libérale émanant des pays anglo-saxons a rencontré en France un grand succès.
On peut alors se demander si le retour à un certain libéralisme, à un désengagement économique de l'Etat afin de laisserlibre cours au marché accompagné d'une suppression des règles qui encadrent l'activité économique dans certains secteurs, appelé dérèglementation ont pu permettre la relance de la concurrence c'est à dire une structure de marché dans laquelle les vendeurs et acheteurs sont suffisamment nombreux pour qu'aucun ne puisse exercer d'influence sur le prix.
Après avoir étudié la théorie libérale et sonapplication pratique à la crise contemporaine, nous verrons que la déréglementation aura en effet débouché sur des concentrations paradoxalement à son objectif premier de favorisation de la concurrence.

I)La théorie libérale et son application à la crise contemporaine

A) La théorie libérale

Le libéralisme économique est né à la fin du XVIIIe siècle avec des économistes comme Adam Smith(1723-1790), Thomas Malthus (1766-1834) et David Ricardo (1772-1832). Jean-Baptiste Say (1767-1832) et John Stuart Mill (1806-1873) sont aussi d'importants théoriciens du libéralisme économique.

Au XVIIIè siècle, les structures mentales se modifient sous l'influence du libéralisme et de l'individualisme. En effet, après avoir favorisé l'essor de l'économie en France dans une première mesure, lapolitique Mercantile se révèle peu à peu décevante en raison des rigidités qu'elle entraîne dans le fonctionnement de l'économie.
En 1776, le livre « Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations » d'Adam Smith est l'un des textes fondateur de la pensée économique libérale. Il a une vision très optimiste et y développe la théorie de la main invisible, selon laquelle la...
tracking img