Pascal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5186 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication du texte de Pascal

« Le monde réel a ses bornes, le monde imaginaire est infini » écrivait Rousseau dans l’Emile. La quête de la sagesse et de la vérité est intemporelle chez les philosophes et l’une des interrogations fondamentales concerne la dualité entre imagination et raison En effet, l’imagination, capacité humaine à créer des images diverses, relève d’un domaine auquelles connaissances scientifiques actuelles ne peuvent donner de métabolisme concret, l’étude poussée des représentations qu’elle livre n’ayant guère plus d’un siècle, date d’apparition de la psychanalyse qui s’intéressait alors particulièrement aux rêves. Car les rêves sont une illustration des capacités de l’imagination dans l’esprit humain. Considérée comme trompeuse, on lui oppose souvent laraison, qui offre à l’homme la particularité d’être un « animal rationnel » selon Aristote, de pouvoir « manipuler les calculs »(ratio, en latin), ce qui lui donne sa qualité d’objectivité, mais dont Pascal s’interroge dans ses Pensées sur les rapports qu’elle lie avec l’imagination : quel est, dans l’esprit humain, le rapport de force qui existe entre imagination et raison, et quelles en sont lesrépercussions sur le comportement des hommes, tant vis-à-vis de soi-même que vis-à-vis d’autrui ?
Pascal défend la thèse selon laquelle l’imagination est une puissance trompeuse prédominante dans l’esprit. Ainsi, d’essence même de l’homme, elle devient ennemie toute puissante de la raison : celle-ci ne pouvant que se soumettre, la pertinence de l’esprit humain se trouve inexorablementcompromise par les aspects subjectifs que l’imagination et la sensibilité imposent. Inspiré par Montaigne, dont il ne rejoint cependant ni la tentation du scepticisme, ni la confiance humaniste, Pascal s’oppose surtout ici au rationalisme de Descartes, selon lequel la raison, égale en tout homme, est la seule puissance de « bien juger et distinguer le vrai d’avec le faux »(Discours de la méthode). SiPascal n’apporte pas de solution face à la duperie de l’imagination, Descartes, lui, déclare que la raison peut la surmonter, le dominer. Cependant, et c’est paradoxal, bien qu’il n’accorde à la raison qu’un pouvoir dépendant de l’imagination, le propre cheminement de Pascal est très rationnellement construit et illustré, témoignant par là même de la complexité de l’esprit.
Afin de traiter ceproblème, Pascal choisit un plan quasi syllogistique, exposant d’abord une première thèse, étudiant ensuite un exemple général et valable universellement, pour ensuite reformuler et compléter sa thèse argumentée. Première préoccupation existentielle : la recherche de la vérité. Parmi les facultés humaines, qu’en est-il de la vérité des représentations que livre l’imagination ? Existe-t-il descritères logiques qui permettraient d’en dégager une certaine fiabilité de l’imagination ? Pour pousser la réflexion plus loin, Pascal propose un exemple, d’où émane la relation directe existant entre imagination, sensibilité, jugement et apparences. L’imagination trompe-t-elle seuls les hommes qui ne savent pas se servir méthodiquement de leur raison, comme le préconisent les cartésiens ? Enfin,Pascal en déduit une théorie, mettant en relation les éléments observés dans l’exemple cité : en quoi les passions sont-elles ennemies de la justice ? Quel est alors, finalement, le pouvoir de la raison, tenue pour « le propre de l’homme » ?

« L’imagination est cette partie dominante dans l’homme, cette maîtresse d’erreur et de fausseté, et d’autant plus fourbe qu’elle ne l’est pas toujours ».Ainsi débute la première composante du développement syllogistique, au cours de laquelle Pascal s’interroge sur le problème posé par le rapport de forces entre imagination et vérité. Selon la thèse exposée, l’imagination est non seulement une puissance trompeuse, à l’instar des sens, mais c’est de surcroît une puissance trompeuse dont on ne peu discerner la valeur des représentations qu’elle...
tracking img