Penser et parler

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3940 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Au premier abord, les verbes "penser" et "parler" semblent renvoyer à deux capacités distinctes de l'être humain. D'un côté une activité de l'esprit qui aurait pour fonction de former et combiner des idées, de construire des raisonnements. Penser, ce serait alors appliquer son activité consciente à un domaine précis, réfléchir ou exercer sa capacité de juger. De l'autre côté unecapacité à articuler des paroles, à prononcer les sons ou les mots du langage qui aurait quant à elle fonction d'exprimer la pensée ou les sentiments de manière sensible, c'est-à-dire vocalement ou encore gestuellement.

Intuitivement, l'ordre d'apparition des deux termes fait donc sens. Il faudrait d'abord penser, pour ensuite exprimer cette pensée en acte, la communiquer à autrui. Ainsi, lefait de parler apparaît comme dépendant de celui de penser, dont il ne serait que la manifestation. Pourtant, est-il possible de s'en tenir à une telle conception ? La parole n'est-elle que le signe sensible de la structure logique de la pensée, autrement dit à une structure implicite qui serait celle du raisonnement ? doit-on superposer une structure explicite qui serait celle du discours ? Nepouvons-nous pas d'une part réfléchir l'acte de pensée sans recourir à celui de parler, et d'autre part ce dernier n'a-t-il pas une autonomie, ou plus précisément, n'est-ce pas le "parler" qui englobe le "penser" ?

Parler exprime un au-delà du langage. Il y a plus dans la parole doublement articulée de l'homme que dans un langage que l'on pourrait qualifier d'animal. Or, si l'animal ne parle pas,est-ce à dire qu'il ne pense pas ? Ne doit-on pas plutôt distinguer différentes formes de pensées, de sorte que la spécificité du penser humain serait tributaire des formes du langage et qu'il serait effectivement pertinent de comprendre le penser en rapport au parler ?

Penser et parler doivent donc être étudiés dans une perspective génétique où, sans peut-être aller jusqu'à se confondre, ilsentretiennent une relation d'influence mutuelle. Pour ce faire, il apparaît nécessaire de les penser en dehors d'une simple relation interne, dans une relation à autre chose qu'à eux-mêmes, à savoir le monde du sujet pensant et parlant.

C'est pourquoi nous examinerons dans un premier temps l'idée d'un "parler" qui ne serait que l'expression d'un "penser" pour montrer l'insuffisance d'une telleconception. Un deuxième moment nous amènera donc à interroger l'imbrication des deux termes, comme si penser ne pouvait être que parler. Toutefois, devant l'échec de cette nouvelle perspective, il nous faudra questionner la genèse du langage humain afin de montrer que si chez l'homme penser et parler ne peuvent être réfléchis séparément, il n'en demeure pas moins que la pensée, notamment si o­n laconfère à l'ensemble des êtres vivants, n'implique pas nécessairement parole.

I.

L'idée d'un lien étroit entre la pensée d'une part, et la parole d'autre part, apparaît déjà de façon éminente chez Platon. En effet, à la question que lui pose Théétète dans le dialogue du même nom : "Qu'est-ce que tu appelles penser ?", Socrate répond ainsi :

"Une discussion que l'âme elle-même poursuit toutdu long avec elle-même à propos des choses qu'il lui arrive d'examiner".

Et il ajoute ensuite :

"Car voici ce que me semble faire l'âme quand elle pense : rien d'autre que dialoguer, s'interrogeant elle-même et répondant, affirmant et niant".[1]

Platon conçoit donc la pensée comme un discours, de sorte que l'acte de penser semble se confondre avec celui de parler. Cette assimilation n'estpas isolée puisque Platon la reprend dans le Sophiste, par la bouche de l'Étranger, dans des termes plus frappants encore :

"Donc, pensée et discours, c'est la même chose, sauf que c'est le dialogue intérieur et silencieux de l'âme avec elle-même que nous avons appelé de ce nom de pensée"[2].

Penser, c'est parler, mais pas n'importe quel parler. En effet, il ne s'agit pas ici d'un parler...
tracking img