Pensez vous que l'on puisse traiter des sujets graves et sérieux sur le

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2986 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligée d’en pleurer », lance Figaro à son maître le comte Almaviva, dans le Barbier de Séville de Beaumarchais. Il entend par là que le fait de traiter certains évènements de manière détachée, en plaisantant, permet de mieux les affronter. On remarque en effet que les auteurs des Lumières ont privilégié le ton comique et ironique, alors même qu’ilsabordaient des sujets sérieux. Ainsi dans Candide, Voltaire engage une réflexion sur des problèmes graves tels que l’esclavage, la torture, la guerre, le, fanatisme religieux, ou encore l’injustice politique, de façon plaisante. Marivaux, dans La Colonie, choisit la légèreté de la comédie pour montrer le mépris que subissent les femmes dans la société. Au XXème siècle encore, l’humoriste PierreDesproges manie l’ironie lorsqu’il s’interroge sur le destin inéluctable de l’être humain. On peut alors se demander dans quelle mesure le ton comique et ironique est adapté et efficace à une réflexion sur des thèmes tragique portant sur la vie, la mort et les faits sociaux, et si le parti pris de rire de tout n’a pas de limites. Nous analyserons dans un premier temps la manière dont l’humour et lecomique permettent de rendre un vaste public plus réceptif à des sujets graves. Puis nous étudierons dans un second temps la fonction libératrice du rire, qui désamorce l’angoisse liée à des situations tragiques. Enfin, nous nous interrogerons sur les limites du parti pris de rire de tout.Tout d’abord, le choix de traiter de sujets graves et sérieux sur un ton comique et ironique répond à unefonction argumentative : le rire permet de sensibiliser un public à une réflexion sérieuse et donc de diffuser une critique, tout en jouant sur la persuasion.En effet, le rire est séduisant, il présente l’avantage de détendre le lecteur ou le spectateur, et de lui éviter l’ennui. Il permet par conséquent d’intéresser le public à des injustice telles que la guerre, la tyrannie et l’esclavage sans pourautant exiger la concentration que nécessiterait la lecture d’un essai. Ainsi, dans Candide, Voltaire met en scène les péripéties du héros éponyme et aborde ainsi sur un ton plaisant des évènements graves comme la guerre : les mésaventures comiques de Candide, enrôlé de force dans l’armée des bulgares du fait de sa naïveté, favorisant l’intérêt du lecteur et l’invitent à entendre la critiqueformulée par Voltaire à propos de la violence et de l’absurdité des combats dans le chapitre III : « Rien n’est si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées ». D’autre part, dans La Colonie, Marivaux met en scène un débat à caractère politique et social : il donne la parole aux femmes exclues de la société et dominées par les hommes dans tous les domaines. Mais pour rendre sonsujet attrayant, il utilise la vivacité du dialogue et des répliques : ainsi, le comique de mots est utilisé par Mme Sorbin pour faire valoir la participation des femmes au domaine militaire : « je veux que dans un mois nous maniions le pistolet comme un éventail ». Le ton plaisant adopté par Marivaux permet d’éviter l’ennui que pourrait susciter chez beaucoup la lecture d’un essai, tel que Del’éducation des femmes de Choderlos de Laclos.D’autre part, le rire est communicatif et favorise ainsi l’adhésion du public à de certaines idées qui sembleraient dangereuses ou virulentes si elles étaient exprimées sur un ton sérieux. Ainsi le choix de la comédie ou d’un ton ironique permet de faire passer plus facilement des critiques qui attaquent le fonctionnement de la société, qu’il s’agisse desinégalités, de la tyrannie du pouvoir ou de la religion : celui qui rit est davantage à l’écoute des opinions de l’autre, il est mieux disposé à entendre des critiques qu’il réfuterait dans un débat d’idées. En effet, selon le précepte antique, la comédie joue le rôle d’un miroir grossissant, et tend à caricaturer les défauts de la société pour les corriger par le rire : « castigat ridendo mores...
tracking img