personnages romanesque et vision du monde.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1278 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Personnage romanesque et vision(s) du monde

Le roman est la création d'un univers qui fonctionne comme un reflet du monde réel. Même lorsque ce reflet est déformé, même lorsque le récit semble se dérouler dans un espace ou un temps qui n'ont rien à voir avec les nôtres, le lecteur effectue entre l'univers de l'œuvre et son propre univers des « allers-retours » qui mènent à une réflexion surnotre monde. 
Le roman, recréant une société d'hommes avec ses qualités et ses défauts, est ainsi porteur d'une ou plusieurs « visions du monde » – qui se transmettent au lecteur par le biais des personnages, des relations entre personnages et narrateur, mais aussi grâce à d'autres éléments du tissu romanesque. 

1. Le personnage, porteur d'une vision du monde
Un personnage de roman est enquelque sorte « plus que lui-même ». Le héros, pivot de l'œuvre, acquiert un statut qui est davantage que celui d'un simple individu. Il peut alors, dans le roman, être le vecteur d'une conception du monde : 

• Le protagoniste, au travers de son parcours, devient peu à peu le symbole d'une qualité (positive ou non) : il incarne une vertu ou un vice, ou une façon de se positionner par rapport aumonde. Certains héros deviennent ainsi des « types », au point que leur nom peut donner naissance à un terme désignant un comportement ou une vision du monde. On parlera par exemple du « bovarysme ». 

• Un héros romanesque peut également révéler une vision du monde lorsque son itinéraire est à l'image de celui de tout un groupe. Lantier, dans Germinal, représente ainsi les mineurs, la classeouvrière : son mode d'existence, son combat offrent au lecteur la possibilité de considérer la société selon un angle particulier, celui des opprimés. 

• Le personnage peut également être le symbole d'une cause à défendre. Il rassemble alors des hommes autour de lui, réunis par une même vision du monde, et s'oppose éventuellement à ceux pour qui cette vision est inopérante. Dans La Peste, le docteurRieux estime qu'il n'y a qu'une seule attitude possible : lutter contre la maladie, soulager la souffrance et combattre la mort. Il est rejoint par un certain nombre de personnages, tandis que d'autres préfèrent se replier sur eux-mêmes : deux visions du monde se dessinent ainsi. 

2. Le personnage, à la croisée de plusieurs visions du monde

Comme nous venons de le souligner, le personnageest rarement seul dans un roman. De fait, le roman ne délivre pas un « message » simpliste et univoque, mais permet au contraireune confrontation de perspectives. 

• L'exemple de La Peste est à cet égard éclairant : Rieux, incarnant la lutte contre le fléau, rencontre un journaliste qui, lui, est prêt à tout pour quitter la ville où la peste s'est déclarée, et rejoindre sa bien-aimée. Pour cejeune homme, l'amour est plus important que la solidarité avec les habitants. Mais Rieux ne le condamne pas. Les deux perspectives sont ainsi données au lecteur, comme deux choix personnels, engageant deux modes de comportement et deux visions du monde. Dans Les Liaisons dangereuses, Laclos met en scène des personnages libertins, qui considèrent que le seul mode d'être possible est l'individualismeet la recherche du plaisir, dans la plus grande liberté. Ces personnages sont condamnés à la fin du roman, leur vision du monde est réprouvée. Toutefois, le lecteur, sans les prendre pour modèles, ne peut s'empêcher d'éprouver à leur égard (et à celle de leur conception de la société) une certaine fascination. 

• De plus, chaque personnage est un « composé », il possède de multiples facettes :si le romancier ne se contente pas de caricatures, mais qu'il construit au contraire un personnage riche, celui-ci sera sensible aux situations différentes qu'il rencontrera, ses réactions ne seront pas toujours prévisibles. Certes, on peut considérer Rastignac comme un ambitieux, désireux de s'élever dans l'échelle sociale, mais il est aussi l'être compatissant qui consacre du temps au père...
tracking img