Peut-on juger objectivement de la valeur d'une culture ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4544 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LEGOUBE Perrine TL3

Sujet : Peut-on juger objectivement d’une culture ?

«La culture ne s’hérite pas, elle se conquiert»
Hommage à la Grèce André Malraux.

L’homme se distingue de l’animal par sa raison, comme le montre Descartes dans le Discours de la Méthode mais aussi par un élément lui permettant de se sentir lié à d’autres individus, la culture. Or le sujet ici présent nousdemande si il est possible de juger une culture, la sienne comme celle des autres. Néanmoins, la présence du verbe «pouvoir» induit aussi l’idée de légitimité. Est-il légitime alors de juger une culture ?
Le verbe «juger» possède deux sens: le premier est de rendre son jugement, lorsqu’on est juge ou arbitre et le second est de donner son opinion. Cependant, la précision donnée dans le sujet dejuger objectivement ne serait-elle pas un pléonasme ? Non car un jugement peut être tâché de préjugés. Ainsi, nous portons parfois des jugements définitifs mais purement subjectifs sur les autres cultures. Si je me fais voler mon porte feuille à Rome, je vais passer du singulier au général «Tous les italiens sont des voleurs». Il faut que je me fasse voler mon porte feuille à Paris pour que je merende compte de l’absurdité de mon raisonnement.
Enfin il faut définir la notion de «culture». Du latin colere qui signifie «mettre en valeur», la notion de culture est abordée dans une phrase de Jean Jacques Rousseau d’ Emile ou de l’éducation qui en fait un parallèle pouvant nous sembler étrange. «On façonne les plantes par la culture, les hommes par l’éducation». Il fait ici le rapprochemententre l’agriculture et la culture humaine. La culture serait donc ici une action aidant l’homme comme la plante à se développer mais dans un sens bien précis, voulu par des facteurs extérieurs. De l’agriculture on attend un certain rendement et une certaine qualité, d’un homme on attend qu’il soit conforme aux valeurs promulguées par sa culture. Cependant, cette définition de la culture est aussiune critique de la civilisation, qui traduit bien l’idée que pour Rousseau, le progrès technique ne s’identifie pas donc ici à la culture. L’anthropologie, science développée par Claude Levi Strauss dans la seconde moitié du XXème siècle, reprend cette définition puisqu’ici la culture désigne l’ensemble des croyances, connaissances, rites et comportements d’une civilisation donnée. Selon LeviStrauss, c’est la rupture entre nature et culture qui donne lieu à la naissance de multiples formes de civilisation, les cultures dites «primitives» ne seraient donc pas selon lui en retard par rapport à la culture occidentale mais simplement différentes. Par culture il nous faut donc ici comprendre une civilisation au sens très large, qui inclut un peuple éloigné géographiquement, techniquement maisaussi dans le temps. Pour synthétiser l’idée de culture, nous allons donc reprendre la définition de Milan Kundera extraite du journal le Monde de Janvier 1979 « La culture, c’est la mémoire d’un peuple, la conscience collective de la continuité historique, le mode de penser et de vivre».

C’est ici qu’intervient la différence entre nature et culture: la Nature est toujours singulier, oril y a plusieurs cultures: ce qui signifie que la diversité des groupes humains est irréductible. Il devient donc facile de dire qu’une culture est plus «belle», «meilleure» bien plus «digne d’être vécue» ce qui peut mener à la xénophobie et au racisme. En effet, le scientifique n’a pas besoin de distinguer la nature américaine de la nature européenne car il étudie avec des concepts rigoureux etdes outils précis la matière. Les lois de la Nature sont partout les mêmes. Or l’anthropologue doit lui d’abord constater des différences de langue, de religion, de système de parenté, d’organisation sociale, de vie politique entre de très nombreux groupes humains.
On en conclut qu’on n’étudie pas «les» cultures comme «la» nature. C’est pourquoi, contrairement au physicien qui recherche des...
tracking img