Peut-on ne pas etre soit meme ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3103 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction


Nul ne peut échapper à la présence à soi qui est celle d’un être doué de conscience. Je dis « je » « moi » et je fais spontanément la distinction entre ce qui est moi et ce qui n’est pas moi. Il semble qu’il soit impossible, au sens de contraire aux lois générales de l’expérience, de ne pas être soi-même. Je ne peux pas être autre que le sujet de mes pensées, de mes actes etde mes états ; sujet s’apercevant continuellement, excepté lorsque la conscience étant abolie, « être soi-même » a cessé d’être signifiant.

Pourtant il nous arrive de dire « je n’étais plus moi », « j’étais hors de moi », « je ne me reconnais plus ». Ces expressions révèlent que l’évidence de ma propre identité est comme suspendue. Je fais l’expérience d’une altérité, d’une étrangeté auplus intime de moi-même. Je m’éprouve aux prises avec quelque chose en moi que je ne reconnais pas comme moi. Comment comprendre que je puisse me découvrir voire me proclamer autre ? N’est-ce pas l’aveu que je n’ai pas un rapport de transparence avec moi-même et que chacun peut être pour soi, au gré des situations, un objet de surprise ? Surprise désagréable car je suis rarement tenté de dire « cen’est pas moi » lorsque ce qui me rend perplexe est gratifiant. Alors qu’en est-il de cette expérience ? Faut-il dire que « je est un autre » selon la formule de Rimbaud ou avec Sartre identifier une stratégie de mauvaise foi ?

Parce qu’enfin cet être que je dis ne pas être moi, je sais bien que c’est moi. D’où le véritable enjeu de cette question soumise à notre réflexion : qu’est-ce doncqu’être soi-même pour un pour-soi, c’est-à-dire pour un être qui est toujours dans la division de soi avec soi ? Est-il jamais possible de réaliser l’unité de son être et de revendiquer une identité déterminée ? La conscience n’est-elle pas ce qui nous condamne à nous conquérir contre tout ce qu’elle néantise parce que ce qui nous élève à la dignité d’une personne est aussi ce qui nous oblige ?1) l’impossibilité de ne pas être soi



Il est impossible de ne pas être soi parce que la conscience est notre manière d’exister or la conscience est présence à soi et au monde. J’ai conscience de moi et j’ai conscience du monde, telle est la donnée immédiate. Sauf cas pathologique le savoir de moi et de ce qui n’est pas moi m’accompagne tout au long de ma vie.

Ainsi Descartesétablit que je peux douter de tout sauf de ce moi qui pense et qui est certain de lui-même aussi longtemps que par l’opération de la conscience ou de la pensée il se sent exister. « Je pense donc je suis ». Le cogito est la certitude de soi comme un être dont l’unité et l’identité sont données dans une évidence intuitive. Je sais que je suis et ce que je suis car j’ai la connaissance immédiate demes états et de mes actes. Même lorsque, ce que je remarque en moi « répugne à ma raison », je sais que c’est mien. J’ai un rapport de transparence avec moi-même et aussi longtemps que ma conscience n’est pas abolie il m’est impossible de dire que je ne suis pas ou que je suis un autre.

La conscience est le garant de mon unité : Moi c’est moi. Cette tautologie révèle qu’il n’y a pas deplace au sein du sujet pour un autre moi qui ne serait pas moi. De même la conscience est garante de mon identité. Sans doute fais-je l’expérience du changement. Mais précisément pour se sentir changer il faut que quelque chose ne change pas. Si à chaque instant j’étais un autre qu’à l’instant précédent je n’aurais pas conscience de ces changements. La conscience du changement suppose la permanence dusujet qui rapporte à soi les différentes transformations qu’il subit. Kant analyse ce fait avec l’exemple du petit Charles. Tant que l’enfant ne dit pas « je », son expérience est éclatée en une diversité et une multiplicité de vécus. Il n’a aucune unité ni identité ; il parle de lui à la troisième personne .Mais vient un moment, que Kant analyse comme le passage du « se sentir » au « se...
tracking img