Peut on nier le temps?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1162 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on nier l'existence du temps?

En préparant ce devoir, j'ai pu réaliser que la notion de temps est une notion complexe et que nombre de philosophes et de scientifiques se sont penchés sur elle, pour tenter de donner une définition de ce qu'est le temps. J'ai donc appris qu'il n'existait qu'un seul temps, mais que l'on pouvait l'interpréter de plusieurs façons et que notre rapport autemps étant plein de facteurs psychologiques.
De quoi peut venir ce soupçon sur la réalité du temps? Peut-être d’abord de ce que “le temps a beau être sous-jacent à toutes choses il ne se laisse vraiment voir dans aucune.” (Etienne Klein, les tactiques de Chronos). Qu'il soit sous-jacent à toute chose est important; par exemple, pour prononcer cette simple phrase « Peut-on nier le temps ?», il fautmettre un mot après l'autre, ce qui suppose une notion de durée. Donc formuler cette question sur l'existence du temps implique l'existence du temps, ce qui est paradoxal.
« Nier » signifie le refus d'accorder de la réalité effective à quelque chose, protection de ce qui nous fait peur. En niant on réduit à « rien ». C'est un terme du domaine psychologique qui sous-entend que la notion de tempsest une notion effrayante dont il faudrait se protéger.
Enfin, le mot « pouvoir » signifie la possibilité, la capacité physique ou morale d'accomplir quelque chose. Ici, de nier le temps.
Nous nous demanderons d'abord s’il existe quelque chose qui possède la capacité de refuser le temps qui passe, puis de voir en quoi consiste ce refus du temps, et enfin qu'elles seraient les conséquences d'unenégation effective.

En considérant qu'il existe deux façons de nier : la manière frontale, c'est à dire le refus pur et simple de la notion de temporalité; et la manière latérale, c'est à dire tenter d'effacer, de nier, les effets du temps. Nous pouvons nous demander s’il existe quelque chose capable de nier le temps.
Pour nier le temps de façon frontale, il faudrait nier l'existence d'unefin, c'est à dire nier l'existence de la mort. Dans cette mesure, nier le temps serait réservé aux seuls immortels. L'immortalité n'étant pas une caractéristique humaine, il faut donc en conclure que l'être humain ne peut, dans cette mesure, nier le temps de façon frontale. Cependant, nous savons qu'il existe des organismes immortels, comme les organismes unicellulaires. Mais ces organismesont-ils la capacité intellectuelle de concevoir leur existence et donc de nier le temps? Car, aussi paradoxale que cela paraisse, nier quelque chose c’est reconnaître la réalité de cette chose. Or, ces organismes ont-ils conscience de cette réalité ?
Dans le cas d'une négation latérale, nous pouvons voir que les êtres humains le font inconsciemment. Notamment grâce à la chirurgie esthétique qui permetd'effacer les effets du temps, et d'avoir l'illusion de rester jeune plus longtemps. Nous pouvons aussi le « noyer » dans le divertissement, au sens de Pascal. C'est à dire de s'étourdir pour ne pas voir que le temps nous est compté.
Une étude de Piaget nous montre que les enfants non encore dotés de langage, possèdent la capacité naturelle de nier le temps, car ils n'ont pas encore puappréhender le concept de duré. Pour eux, une seconde est égale à une heure. Mais cette capacité à abolir les durées passe dès l'acquisition du langage. Alors, notre rapport avec le temps dépend- il du mot « temps » ?
La représentation pré-galiléenne du temps, comme celle d'un fleuve, entraine plusieurs abus de langages. En effet nous avons tendance à attribuer au temps les même caractéristiques qu'aufleuve, à savoir, s’écouler, accélérer …

La représentation galiléenne du temps, comme d'un fleuve sous- entend l'existence d'une « berge ». C'est à dire d'un « hors temps ». Cela revient à pouvoir s’installer sur la rive du fleuve et devenir un point hors du temps. Cependant, rien à ce jour ne permet d’envisager une telle possibilité. Le hors temps serait donc une vue de l’esprit, une démarche...
tracking img