Peut-on reconnaitre pour maitre l'un de nos semblables?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1136 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet : Peut-on reconnaître pour maître l’un de nos semblables ?

Tiré du latin magister : celui qui dirige, le terme maître employé au sens propre est une personne qui commande, gouverne ou exerce une autorité. Il implique nécessairement le rapport entre une conscience dominante et une conscience dominée. Dans l’antiquité, il caractérisait une personne possédant un ou plusieurs esclaves.De nos jours, il est également attribué à une personne enseignant un savoir spécifique.
Peut on légitimer l’établissement de l’un de nos semblables en tant que maître ? Quels seraient alors les critères permettant de mesurer la valeur d’un Homme que l’on considérerait comme son supérieur ? Par ailleurs, la notion de domination n’est-elle pas inhérente à l’homme ? Quels peuvent être lesdangers que soulève la présence d’une conscience dominante qui serait notre semblable ? Le problème serait ici de reconsidérer la valeur d’un maître pour comprendre si la présence d’un tel individu n’est pas nécessaire à l’humanité.
Nous tacherons d’abord de comprendre pourquoi la seule considération d’une grandeur d’établissement ne peut suffire à la mise en place de l’un de nos semblablescomme notre maître légitime. Ensuite, nous verrons pour quelles raisons l’établissement d’un tel ordre est nécessaire à l’Homme. Nous verrons enfin dans quelles conditions de tels rapports peuvent être un moteur pour l’humanité.
L’enjeu de cette réflexion serait donc de reconsidérer la position d’une conscience dominante par rapport à une conscience dominée chez l’Homme pour en légitimerl’existence.

De droit, et ce en regard de l’article 1 de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1948 : « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit ». Ainsi, il n’existerait pas de moyen légitime de déterminer l’un de nos semblables comme supérieur aux autres Hommes. On peut remarquer que dans le passé, l’esclavage a été très longtempsutilisé par l’Homme, toutefois, l’abolition de celui-ci démontre une prise de conscience de l’humanité par rapport à l’injustice de cette pratique.
Cependant, comme le souligne PASCAL dans ces trois discours sur la condition des grands, la société, de part son évolution, a établi, à plusieurs niveaux, la présence de dominants, que l’on pourrait appeler maître, et de dominés. Il distingue deuxtypes de telles consciences : les grandeurs « d’établissement » (comme a pu l’être la noblesse, ou de nos jours le patronat), et les grandeurs « naturelles » (que peuvent être des maîtres de conférences, des scientifiques, des athlètes), qu’il faut savoir distinguer l’une de l’autre. Tout d’abord, les grandeurs d’établissement, qui « dépendent de la volonté des hommes ». Ces grandeursinstitueraient comme maître des individus appartenant à un état particulier ; sans distinction d’une capacité physique ou intellectuelle particulière. Ainsi, c’est l’histoire de l’humanité qui a pu déterminer le statut de certain de nos semblables. Toutefois, étant le produit d’un établissement humain ne se basant pas sur des critères spécifiques, on ne peut légitimer de telles consciences dominantes. D’autrepart, on observe les grandeurs naturelles qui sont « indépendantes de la fantaisie des hommes », car elles sont basées sur les qualités « réelles et effectives de l’âme et du corps ». Ces dernières grandeurs doivent selon PASCAL être estimées à leur juste valeur et sont légitimes.
Ainsi, et ce malgré les principes fondamentaux de notre société, un ordre hiérarchique a été créé entre lesHommes. Ces statuts peuvent être fondés sur des bases justes ou non mais ne peuvent en aucun cas être troublés si l’on veut conserver un bon fonctionnement de notre société.

En considérant alors l’état de guerre que pourrait provoquer la suppression de telles grandeurs, on pourrait s’interroger sur le fondement d’un tel désir de domination de l’Homme par l’Homme.

Malgré son...
tracking img