Peut on vouloir le mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1926 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Peut-on vouloir le mal ?

Intro : la volonté est la faculté de se projeter librement vers des fins. Elle fait échapper l’homme au
déterminisme qui régit les phénomènes naturels et comme le montre Alain en temps même qu’elle est le fruit de
la conscience elle implique la discrimination entre le bien et le mal. Envisager que l’on puisse vouloir le malc’est
poser qu’on peut consciemment etlibrement choisir le mùal . Or l’exercice d’une telle volonénous semble
inintelligible . On a souvent tendance en effet à poser que lza méchanceté n’est pas liée à une volonté perverse
mais à l’action sur une volonté naturellement portée par le bien de facteurs extérieurs qui la dépossèderait de son
pouvoir. Qu’il s’agisse autrefois du diable , maintenant du déterminisme social( pensons aux thèsesde Victor
Hugo dans les misérables ou de Zola ) ou inconscient , la tendance est d’exonérer la volonté de la responsabilité
du mal .
Pourtant le sens commun reçoit les thèses d’irresponsabilité pénales lors des procès avec scepticisme voire
colère. Faut-il donc poser qu’il y a en l’homme une volonté perverse , c’est- à – dire une volonté faisant
délibérément le choix du mal , voire seréjouissant de faire le mal sachant que c’est le mal,
Y a –t- il des méchants par nature ou la méchanceté n’est-elle que l’aveu de l’ignorance et de l’aliénation. ?

A L’intellectualisme moral : nul n’est méchant volontairement
Cicéron affiramait dans « Des biens et des maux » que « nous sommes tous enflammés du désir d’être heureux.
Pascal dira de même . Si on entend par mal le malheur force esteffectivement de constater avec Aristote
que nul ne veut le mal car nul ne veut être malheureux . Comme le disait déjà Platon « nul n’est méchant
volontairement ». Pour Platon la volonté du mal n’est pas volonté positive, assumée du mal mais une manière
éronnée et aliénée de vouloir. Le méchant est malheureux car il victime de son ignorance et de sa servitude. Le
méchant est plus à plaindre qu’àblâmer. Il ne sait pas viser correctement le bien, il faut le guérir de son injustice
qui lui nuit tout en nuisant aux autres .
Selon cette théorie intellectualiste , si l’homme avait connaissance des vraies valeurs , s’il voyait clair dans
ses actions , sa conduite serait infailliblement droite . Par exemple les nazis , les communistes voulaient-ils le
mal qu’ils ont faitou bien croyaient-ilstravailler au bien de l’humanité ? à promouvoir ce qu’ils considéraient
commme un idéal ?Ce qui serait en cause ce n’est pas la méchanceté avérée mais l’aveuglement idéologique ,
c’est- à dire au fond l’ignorance. Les uns et les autres témoigneraient de la malédiction du doxique , capable de
faire prendre l’apparence du bien pour le bien véritable . Ils seraient des exemples récents du tyrandécrit par
Platon dans le Gorgias qui ne veut pas le mal mais le bien qu’il projette. Pour lui le mal n’est qu’un moyen . il en
est de même des camps d’exterminations , des goulags qui n’étaient que des moyens. Ce qui était vouluc’était la
fin et selon la morale révolutionnaire « la fin justifie les moyens » . S’il faut mettre le monde à feu et à sang pour
une cause juste ce n’est pas un crime .Du coup se pose une question incontournable : comment peut- on se tromper d’une manière aussi dramatique
pour soi et pour les autres sur les moyens propres à promouvoir le bien. Qu’est- ce donc qui est au principe de
son rapport imaginaire au bien et au bonheur ?
Platon répond que c’est sa servitude . Le tyran se croit libre et heureux, il est en réalité esclave de ses passions .
Il confondle bonheur et le plaisir immédiat et éphémère, le bien avec l’utile et l’agrable . Le tyran fait comme
Calliclès l’éloge de l’intempérance ( hubris ) , de l’injustice , de la violence comme principe de la vertu et du
bonheur. Le tyran est semblable au tonneau des Danaides , incapable d’être comblé et est mazlheureux. Par
exemple , il doit se méfier de tout et de tous ( pensez à Staline qui...
tracking img