Picasso -la crucifixion-

La Crucifixion

En 1930 Picasso peint La Crucifixion. Il s'agit d'une huile sur contre plaqué de petites des dimensions (5105 x 6605) chargée de métaphores et de clins d'œil par rapport à ses propres œuvres. Picasso, qui est agnostique (septique vis à vis de la religion et attend une preuve en l'existence d'un Dieu), a réalisé le long de toute sa vie de nombreuses études de la figure deChrist et c'est que, malgré tout, il a semblé à l'artiste difficile de se soustraire à la forte influence de la religion chrétienne qui régnait dans son Espagne natale. C'est un tableau assez surprenant dans l'œuvre de Picasso. Le peintre a en effet fort peu traité de thèmes religieux. Et, au-delà d'une représentation classique du Calvaire, il met en scène bien des personnages étranges. Le sacrificedevient une sorte de cérémonie initiatique ou d'exorcisme. La palette utilisée par Picasso est inhabituelle : des rouges, des jaunes, des verts crus composent un ensemble de formes entremêlées aux contrastes violents. Un des fait important consiste en ce que le sujet christique apparaisse dans l'œuvre de Picasso dans des moments spécialement critiques de sa vie. Sa vie privée et son intimitérejoignent le drame universel.
Ainsi, La Crucifixion de 1930 vient à coïncider avec une période d'agitation dans la vie de l'artiste; De 1925 aux années 40, l'entre deux guerre en Europe et la Guerre Civile Espagnole, où Picasso a pu découvrir l'horreur et la barbarie qui est capable de semer l'homme autour de lui. De même, dans sa vie privée, la situation n'est pas très différente. Son mariage avecOlga Koklova est insoutenable, l'affrontement entre les deux était constant. Pour terminer, en 1927 apparaît dans la vie de Picasso, Marie Therese Walter, une jeune femme avec qui l'artiste commence une relation sentimentale. Le déclenchement de cette étape coïncide avec une œuvre fondamentale dans sa production artistique. C'est à l'intérieur de cette période que Guernica s'inscrit. il s'agitd'une œuvre clef qui contient des éléments fondamentaux pour développer sa création postérieure la plus importante, Guernica et les séries dédiées à la tauromachie.

Dans La Crucifixion les grands sujets toujours représentés par Picasso apparaissent : la mort, la souffrance, la religion, les rites ancestraux, le sacrifice de victimes innocentes. L'œuvre repose toutes les grandes questions de lamise à mort, de la tragédie, de la passion et du sacrifice. Tout cela sous le regard attentif de celui qui se sait connaisseur des plus bas instincts, qui est capable de se sentir Homme et qui se distrait devant un tel spectacle. Picasso, veux tout simplement un corps crucifié, c’est à dire un corps pétri de souffrance, de douleurs, victime de l’acharnement de ses bourreaux, exhibé sur la placepublique, à la vue de la vindicte populaire avide de sang. Le propos de Picasso n’avait rien de religieux.
A la moitié des années vingt, Picasso va se sentir attiré vers le surréalisme, le mouvement qui avait été fondé en 1924 par André Breton après la dissolution de Dadaïsme. Ils revendiquaient l'importance du sentiment, l'inconscient et de la folie au-dessus de la raison. Picasso n'a jamais étéassigné au mouvement surréaliste mais il partageait avec ceux-ci l'intérêt à de nombreux sujets, surtout ceux relatifs au côté le plus obscur et irraisonnée de la conduite humaine.
Dans des tableaux comme La Danse et La Crucifixion cet affrontement est évident. Dans ceux-ci la pulsion de mort possède trois niveaux : " dans le plan biologique la pulsion de mort nous viendrait de la représentationpar le sadisme; dans le plan culturel par cette frustration est en définitive le sentiment de culpabilité; dans le plan psychologique c'est le phénomène de l'angoisse
c'est ce domaine où une œuvre comme La Crucifixion peut arriver à acquérir tout son signifié. Un sadisme, une culpabilité et une angoisse peuvent être suivis à la trace dans cette œuvre sous l'aspect de la religion. Pour Picasso...
tracking img