Pierre et Jean

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (359 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Pierre et Jean sont deux frères que 5 ans séparent. L'aîné, Pierre, est médecin, noir, brusque, impatient, rude. Son cadet, Jean, est un jeune avocat blond, placide, doux et patient. Leurpère, Mr Roland est passionné de pêche et toute la famille vit donc à proximité de la mer.

Lorsque Jean hérite seul de la fortune de Mr Maréchal, un vieil ami de la famille, Pierre, vexé,prend ses distances avec sa famille et décide de mener une enquête sur cette énigme qui l'obsède jour et nuit. Il découvrira la réponse par hasard et se dégoûtera de sa mère qu'il aime tant etavec qui il a des liens très forts.

QUELQUES AUTRES ŒUVRES QUI TRAITENT DE L'EAU : Une partie de campagne, Un printemps, Le père, Souvenir

La scène dans la barque des Roland du premierchapitre de l'oeuvre se passe sur la mer (champ lexical de la marine, " l'eau sous moi ", allusion à des falaises).
Dans Pierre et Jean, l'homophonie entre Mer et Mère est très présente car Maupassant etait lui-même très attaché à sa mère.
D'abord, lorque Pierre se retire après le passage du notaire pour réfléchir. Il est dans le port, au bord de l'eau, et son frère Jeanarrive. Pierre se sent alors privé de la mer par sa présence, comme il l'a été de sa mère lorsque Jean est né. Sur l'eau, c'est sa mère qu'il recherche, et la sécurité qu'apporte la présenceaquatique.


Maupassant se livre lui-même en ces termes : « J'aime l'eau d'une passion désordonnée, la mer, bien trop grande, trop remuante, impossible à posséder, les rivières si jolies maisqui passent, qui fuient, qui d'en vont, et les marais surtout où palpite toute l'existence inconnue des bêtes aquatiques. »

Maupassant se dépeint ainsi : « Oui, je suis faune et je le suisde la tête aux pieds. Je passe des mois seul à la campagne, la nuit, sur l'eau, tout seul, toute la nuit. J'aime la chair des femmes du même amour que j'aime l'herbe, les rivières, la mer."