Pinnochio de pommerat

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1780 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’espace dans Pinocchio de Pommerat

Joël Pommerat, né en 1963, est un auteur dramatique, metteur en scène français qui ne monte que ses propres textes.
Il fonde en 1990 la Compagnie Louis Brouillard et crée ses premiers spectacles au Théâtre de la Main d'Or à Paris.
Il a choisi un jour de monter une pièce par an pendant 40 ans et de s'engager à embaucher à chaque pièce les 7 acteurs aveclesquels il travaille.

Dans cette œuvre nous trouvons différents lieux que nous allons étudier l’un après l’autre, en suivant leur ordre d’apparition dans la pièce.

La pièce commence par l’intervention du présentateur qui évolue dans un espace non défini et qui lui procure donc une grande liberté.
Le premier lui que le lecteur découvre est l’endroit au vit un vieil homme. C’est le lieudu commencement de l’histoire par la naissance du pantin, confectionné par le vieil homme. En ce lieu nous découvrons la personnalité du pantin, celui-ci est irrespectueux et très égoïste. Grâce à ses dires, nous apprenons que l’endroit est sombre et vide, et nous pouvons supposer que le vieil homme habite en ville puisqu’ils parlent de magasin et de voisin.
Le second lieu est devant lafoire. C’est un premier lieu de danger pour le pantin où il y rencontre deux escrocs qui essayent de le convaincre d’aller à la foire plutôt que de rendre à l’école. Il y rencontre également une élégante femme, qui est la fée, et qui le met en garde. C’est un peu comme un lieu de décision, de choix, le patin peut choir entre, d’un côté, le bien représenté par la fée, et de l’autre le mal dont lesreprésentants sont les deux escroc. La marionnette choisira finalement de suivre les deux escroc…
Le troisième lieu que découvre le lecteur est l’intérieur de la foire. Ici le pantin découvre la vie en assistant, par exemple, à son premier spectacle d’une diva sur une estrade, il y découvre également l’argent. On se rend compte dans ce lieu de la naïveté enfantine, de l’imprudence du pantin. Eneffet il y dit ne pas faire certaines choses que finalement il est entrain de faire :
« Oui, par rapport à l’argent, il faut être très prudent et ne pas en parler comme ça, sans réfléchir avec n’importe qui, moi je veux être très très prudent avec l’argent. Par exemple c’est pas parce que j’ai de l’argent sur moi que je dois en parler comme si ça concernait l’univers dans sa globalité. » . C’est unlieu de tentation pour le pantin car c’est ici que les deux escrocs lui parlent de « l’arbre magique », nous découvrons alors que le pantin est de plus en plus attiré par l’argent, la cupidité le gagne.
Les deux escroc emmène le pantin vers un quatrième lieu : le champ. Nous imaginons donc un endroit vaste et vide où la marionnette se retrouve seul face aux deux escrocs qui deviennent deplus en plus menaçant. C’est à nouveau un lieu de danger mais qui permet au pantin de faire preuve de lucidité concernant les deux hommes et le vol de son argent, mais, malheureusement, après le mal accompli.
L’acte de vol contraint le pantin à se rendre au tribunal, cinquième lieu qui représente la justice, la justice à laquelle le pantin fait confiance : « Heureusement qu’il y a la justicedans la vie, se dit il, heureusement ! ». Mais celle-ci le trahit et au lieu d’aider le pantin, elle le condamne à dix mois d’enfermement complet dans le recueil et le silence. Le pantin qui est entré dans le tribunal en victime, en ressort en condamné. Ce lieu provoque un paradoxe et il donne la possibilité au lecteur de réfléchir au sujet de la justice et de son fonctionnement.
La marionnettese retrouve dans ce sixième lieu qu’est la prison. C’est un lieu clos, de solitude qui facilité la réflexion et qui lui permet de songer à sa propre « vie », aux choix qu’il aurait du faire. Le pantin est habité par des regrets.
Après sa sortie de prison un septième lieu est découvert : la campagne. On y découvre un pantin vulnérable et sensible, contrairement à ce qu’il voulait bien...
tracking img