Principes de management

Première partie : introduction

Chapitre 1 : Aux sources du management contemporain

L’ère prémoderne

1 Adam Smith, pionnier du management ?

La division du travail augmente la productivité car elle permet de développer le savoir-faire et la dextérité de chaque ouvrier, évite les pertes de temps liées aux changements de postes et stimule l’apparition d’inventions et de machinessusceptibles de réduire la main-d’œuvre. (les médecins spécialistes et les ouvriers du secteur automobile découle de cette théorie).

2 La Révolution industrielle a-t-elle influencé les méthodes de management ?

L’apparition des machines, de la production de masse, la réduction des coûts de transport (grâce au chemin de fer) et l’absence de réglementation favorisent la croissance de grossescompagnies. Cela dit, les théories formelles de management n’apparaissent qu’au début du 20ème S.

L’école classique du management

Le management scientifique qui s’intéresse à l’augmentation de la productivité ouvrière (Taylor, Gilbreth, Gantt).
La théorie administrative s’intéresse à l’organisation globale de l’entreprise et aux moyens de la rendre plus efficace (Fayol Weber).

1 Que doit-on àFrederick Taylor ?

Les 4 principes du management de Taylor
1. Substituer à l’empirisme traditionnel la connaissance scientifique des divers aspects du travail de chaque individu.
2. Sélectionner, former, éduquer et perfectionner scientifiquement les ouvriers.
3. Établir une coopération franche avec les ouvriers, pour s’assurer que l‘ensemble du travail soit effectué conformémentaux principes scientifiques établis (ajoutons la mise en place d’une rémunération au rendement).
4. Répartir le travail et les responsabilités de manière à peu près égale entre la direction et les ouvriers. La direction se chargera de toutes les tâches pour lesquelles elle sera plus compétente que les ouvriers.

2 Taylor, et après ?

Les époux Gilbreth travaillent sur l’élimination desgestes inutiles ainsi que la conception et l’utilisation d’outils adaptés, visant à maximiser les performances des ouvriers. Ils élaborent en outre un système de classement répertoriant 17 mouvements élémentaires de la main (Therbligs).
Henry Gantt imagine une méthode de motivation qui offre aux ouvriers la possibilité d’obtenir une prime s’ils achèvent leur travail avant la fin du temps imparti. Ilintroduit également le versement d’une prime au contremaître pour chaque ouvrier ayant respecté les délais, assortie d’une bonification supplémentaire si toute son équipe y est parvenue. Il est surtout connu pour avoir inventé le diagramme de Gantt (voir Chap. 14).

3 Pourquoi tant d’intérêt pour le management scientifique ?

4 D’Henri Fayol à Max Weber : vers une première approche européennedu management ?

Fayol traite pour sa part de l’activité de l’ensemble des managers (et pas seulement dans les ateliers comme Taylor). Selon lui, le management s’applique à toute entreprise, de l’Etat à la maison. Il propose en outre de définir le management comme un ensemble universel de fonctions : prévoir, organiser, commander, coordonner et contrôler.

Les 14 principes du management deFayol :

1. Division du travail : la spécialisation rend les ouvriers plus efficaces et permet d’améliorer leur rendement.
2. Autorité : les managers doivent pouvoir donner des ordres et sont tenus d’assumer en même temps les responsabilités qui en découlent.
3. Discipline : respect des règles par les employés grâce à une direction efficace, une absence d’ambiguïté et un usage judicieuxdes pénalités.
4. Unité de commandement : un chef pour un employé
5. Unité de direction : un seul chef et un seul programme pour un ensemble d’opérations visant un même but.
6. Subordination des intérêts individuels à l’intérêt général : l’intérêt général de l’entreprise prend le pas sur l’intérêt d’un employé.
7. Rémunération : un juste salaire en contrepartie de leurs services....
tracking img