Probleme politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9241 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LE PROBLEME POLITIQUE
Retour à l'index des cours
Sommaire
1. L'origine des sociétés
1.1. Définition : état de nature et contrat social
1.1.1. L'état de nature
1.1.2. Le contrat social
1.2. L'Etat de nature selon Rousseau
1.2.1. L'idée de nature
1.2.2. L'état de nature selon Rousseau
1.3. Passage de l'état de nature à l'état social
1.4. Conséquences du passage del’état de nature à l’état social
1.4.1. Le développement de nos facultés : réflexion et amour propre
1.4.2. L'établissement de la propriété
2. La démocratie
2.1 . La fin de l’état, c’est la liberté
2.1.1. L’individu et la liberté
2.1.2. Le peuple et la souveraineté
2.2. La loi, le contrat social et la volonté générale
2.2.1. La loi
2.2.2. Le pacte social
2.2.2.1 Est-ce au plusfort de dicter la loi ?
2.2.2.2. L'association
2.2.3. La volonté générale
2.3. Liberté civile et liberté morale
2.3.1 Liberté civile
2.3.2 Liberté morale
{draw:rect}
Le problème politique comporte deux questions essentielles:
-Une question de faits : c'est le problème de l'origine des sociétés. "Quels sont les problèmes qui ont poussés les hommes a renoncer a leurindépendance naturelle pour se soumettre a une communauté commune, politique?"
-Une question de droit : c'est le problème du fondement de l'autorité politique : Quel est l'acte ou la convention qui rend cette autorité légitime ?
1. L'origine des sociétés
Le problème consiste à se demander comment les hommes ont pu passer d'un état nul de société à des rapports sociaux organisés et comment ilsfirent ce pas. La formulation du problème peut paraître étrange : ne doit-on pas dire que l'existence humaine suppose un minimum d'existence sociale ? L'homme n'est-il pas, comme le disait Aristote un animal politique ou n'est-il pas immédiatement engagé dans des liens sociaux comme l'abeille dans la ruche ? La logique de cette problématique est pourtant profonde, en effet, pour montrer l'origineradicale de la société, il faut prendre les hommes avant la société, à l'état naissant, cet état naissant c'est ce qu'on appelle : l'état de nature.

1.1. Définition : état de nature et contrat social
Ce qui est en commun à tous les théoricien politiques des XVII et XVIII siècle c'est de poser le même problème : quel est l'origine de la société, et de la résoudre par les mêmes moyens :l'état de nature et le contrat social.
1.1.1. L'état de nature
C'est l'état dans lequel trouve les hommes lorsqu'ils ne sont soumis a aucune autorité politique, c'est donc un état pré-social, pré-légal. Dans cet état, les hommes sont pleinement libres, nul n'est par nature soumis à l'autorité. Les hommes sont égaux et ce principe d'une égalité naturelle des hommes est commun à tous les penseursde l'école du droit naturel.
1.1.2. Le contrat social
L'hypothèse de l'état de nature est étroitement liée au contrat social, en effet, si nul n'est par nature soumis à l'autorité d'un autre, il est évident que le droit de commander ne peut naître d'un contrat ou d'une convention par lesquelles les individus se dépouillent en faveur d'un homme ou d'une assemblée du droit naturel qu'ils ontde disposer pleinement de leurs libertés.
1.2. L'Etat de nature selon Rousseau
1.2.1. L'idée de nature
On peut dire de Rousseau qu'il est le penseur naturaliste par excellence. En effet, l'idée de nature est au centre même de l'oeuvre de Rousseau. Qu'est ce qui est naturel ? En un sens, est naturel tout ce qui est, mais on distingue dans la nature ce qui lui est propre et ce quel'artifice y introduit. Bref, on définira avec Rousseau le naturel par opposition avec l'artificiel. L'homme semble être dans la nature un élément perturbateur. Dans la nature tout est ordre. L'homme connaît le mal, l'artifice, etc... "Tout est bien sortant des main de la Nature, tout dégénère dans les mains de l'homme." "L'état de réflexion est un état contre nature, et l'homme qui médite est...
tracking img