Qu'avons nous a gagner a faire notre devoir?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2783 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Qu'avons-nous à gagner à faire notre devoir ?

Corrigé

Introduction

Le devoir est ce qui s'impose à nous comme ce que nous devrions faire quoi qu'il nous en coûte. De ce fait, il entre souvent (pour ne pas dire toujours) en contradiction avec nos propres désirs : ce que je dois faire n'est pas ce que j'ai envie de faire, ce pourquoi d'ailleurs grande est la tentation de ne pas le faire,en d'autres termes de m'en dispenser. Alors, qu'avons-nous à gagner à faire notre devoir ? Rien semble-t-il, sinon endurer la frustration de nos désirs. À moins toutefois que l'obéissance à ce que le devoir prescrit ne soit elle-même la source d'une certaine satisfaction, devant soi-même ou devant autrui : après tout, celui qui a agi envers et contre tout selon ce que le devoir ordonne n'a-t-il pasfait preuve de maîtrise de soi, de grandeur d'âme, de fermeté dans ses principes ? Ne montre-t-il pas qu'il est capable de ne pas se laisser emporter par ses désirs, qu'il peut opposer aux mobiles issus de la sensibilité des mobiles d'un tout autre ordre, qui ont la seule raison pour origine ? Peut-être, mais que vaudrait le devoir s'il devait, au nom de ce que le commandement moral exige, mepousser à humilier en moi la sensibilité même ? Que vaut un devoir qui au nom d'une exigence universelle s'imposant d'égale façon à tous m'oblige à renoncer à tout ce qui en moi est particulier ? Ne faudrait-il pas alors plutôt affirmer que c'est lorsqu'ils me donnent droit à mes droits que mes devoirs sont autre chose qu'une exigence purement formelle et irréalisable dans l'existence réelle ?
I. Ledevoir comme moyen d'accéder à la liberté pratique

1. Différence des mobiles sensibles et rationnels

Selon Kant, mon action peut avoir deux mobiles d'origine diamétralement différente : soit les motifs qui m'ont déterminé à agir sont issus de ma sensibilité, soit ils proviennent de la raison. Quand j'agis sous le coup de mobiles sensibles, quand je ne fais que ce qui me plaît, je laissedonc la sensibilité déterminer ma volonté. Or précisément je ne décide pas de mes désirs sensibles : ce n'est pas moi qui décide d'aimer les petits pois et de détester les épinards ; et pour preuve, si l'on peut me forcer à manger des seconds, personne (pas même moi) ne pourra jamais m'obliger à trouver cela bon. Comme le disait déjà Rousseau, « l'impulsion du seul appétit est esclavage » : celui quilaisse sa volonté être déterminée par ses désirs se révèle l'esclave de ce désir même.
Quand le mobile est purement rationnel, c'est-à-dire quand j'agis par pur respect pour la loi morale en revanche, affirme Kant, j'atteins la liberté véritable. Pourquoi ? Ce que la loi morale me commande, c'est d'agir de telle sorte que la maxime de mon action (le mobile qui détermine ma volonté) puisse êtreérigée en loi universelle de la nature. En d'autres termes, si ce que je veux était une loi aussi universelle que la loi de la gravitation, le monde deviendrait-il contradictoire ou invivable ? Si la réponse est affirmative, alors mon action n'est pas morale : le critère de la moralité de l'agir, c'est l'universalité du vouloir. Est morale l'action qui peut être voulue universellement par tous lesêtres raisonnables ; et mon devoir, c'est justement d'agir de façon conforme à ce que la loi morale exige, et la liberté à son tour se définit comme indépendance de la volonté à l'égard de la sensibilité.
2. La liberté pratique

Kant conçoit donc ainsi la liberté effective comme « liberté pratique » : je ne suis libre que lorsque ma volonté se rend indépendante de tout mobile sensible, et doncveut ce que la raison lui commande purement et simplement de vouloir. Ma volonté est morale quand elle s'universalise, c'est-à-dire se détermine selon un principe purement formel, à savoir la forme même d'une législation universelle appliquée à ma maxime. Autrement dit, je suis un être moral quand ce que je veux pourrait être voulu par tous sans aucune exception, donc quand la volonté qui...
tracking img