Quelle est la valeur de nos certitudes ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2237 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction
Qu'est-ce que nous apportent nos certitudes ? Sont-elles réellement objectives ? Sont-elles des vérités indubitables ? Si non, ne préférons nous pas alors l'erreur à la vérité ? Tels sont les questions provoquées par le problème de la certitude. Les certitudes désignent l'état d'esprit de celui qui est assuré de détenir une vérité fondée sur les conclusions d'une démonstration, surl'expérience, sur une évidence ou sur un très grande probabilité. Cette large définition nous laisse alors de vastes critères, et rend la notion de certitude plus ou moins floue: en effet, si la certitude aujourd'hui connote essentiellement la vérité, elle peut tout à fait être un tissu d'erreur si l'on prête plus d'attention à la définition en elle-même,. Nous pouvons alors nous demander quelleest la valeur de nos certitudes, autrement dit, pourquoi accordons-nous autant d'importance à celles-ci.
Dans le but de répondre à cette question, nous nous demanderons tout d'abord ce que nous apportent nos certitudes, puis si celles-ci sont vraiment des vérités, et enfin si l'on doit les mettre en doute.

I- Qu'est-ce que nous apportent nos certitudes ?
Nous pouvons tout d'abord constater quenos certitudes nous sont importantes, et nous pouvons donc nous demander pourquoi. On répondra à cette interrogation en analysante en quoi elles nous apportent une assurance intellectuelle, puis une assurance morale.

1- Une assurance intellectuelle
Par définition, la certitude est une assurance intellectuelle qui se traduit par le fait que l'on est assuré de détenir une vérité, suite à unedémonstration, l'expérience, l'évidence ou une très grande probabilité. Elle exprime l'absence de doute, soit ce qui est considéré comme assurément vrai, et impossible de nier. Nos certitudes nous permettent d'être sans doute intellectuellement. Elles ont été démontrées, prouvées, nous y adhérons alors. Nous usons de notre confiance envers la communauté scientifique. Celle-ci nous a appris telle outelle certitude dite vraie, nous y adhérons, elle nous apparaît comme une vérité indubitable. Personne ne contestera que deux et deux font quatre, cela paraît nécessairement vrai. Certaines certitudes objectives peuvent aussi s'appuyer sur une forme d'évidences qui sont indubitables qui sont saisis par intuition, qui est une modalité de la connaissance. Ces évidences sont indubitables puisque leraisonnement d'une telle certitude a montré qu'il était impossible d'en douter. Ainsi, ces certitudes qui ont été prouvées nous paraissent objectives: elles sont le fondement de l'accord des esprits. Par ce fait, nous nous reposons sur ces certitudes pour y bâtir notre existence, elles nous servent de bases, elles forment un équilibre. Elles nous permettent ainsi, par l'absence de doute, et donc detroubles, et par une totale confiance, d'atteindre la sérénité.

2- Une assurance morale
Descartes assure qu'il existe une forme de certitude qui repose sur une assurance morale. Il s'agirait d'une certitude qui se rallierai plus ou moins avec la conviction qui se définit comme la croyance ferme et assurée en la vérité d'une thèse ou d'une position philosophique, ou bien en la légitimité d'unidéal ou d'une doctrine. Cette assurance morale qui définit plus particulièrement les certitudes subjectives, soit des certitudes influencées par la personnalité, l'affectivité du sujet, ce qui est donc partial. Ainsi une certitude dite « morale » se mélange à la conviction avec l'idée de « foi ». Cette assurance morale créée une sérénité, ou même un espoir, lorsque par exemple on assure « J'ai lacertitude que telle personne viendra demain ». On désire tellement une chose qu'on la croit pour acquise. Cette sérénité provient de cette assurance que la certitude nous donne. On base notre vie sur des certitudes, avec l'assurance qu'elles ne s'écrouleront pas, puisqu'elles apparaissent en nous comme des vérités indubitables.

II- Sont-elles pour autant des vérités ?
Nos certitudes nous...
tracking img