Question philosophique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2368 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Questions sur le Discours de la méthode, de Descartes
et sur La logique du vivant de François Jacob
Descartes établit-il une distinction entre les corps naturels et les corps artificiels ?
A quoi reconnaît-on qu’un homme n’est pas un automate ?
L’horloge est le terme le plus fréquemment employé par Descartes pour désigner le corps, aussi bien celui de l’animal que celui de l’homme.C’est ainsi, qu’il a pensé pouvoir beaucoup mieux expliquer les diverses fonctions corporelles en comparant le corps à une machine automate qu’en considérant la vie comme quelque chose d’irréductible à la matière. Contrairement à l’enseignement d’Aristote, on doit pouvoir expliquer les principales fonctions corporelles (la digestion, la locomotion, la respiration, mais aussi la mémoire etl’imagination corporelles) comme si elles résultaient d’un mécanisme que Dieu avait voulu rendre automatique, comme une horloge destinée à montrer les heures par la seule disposition de ses roues et contrepoids. Inutile donc de supposer une petite âme qui dirigerait chaque fonction principale et lui ferait réaliser le but pour lequel elle a été conçue.
On touche là à toute l'ambiguïté du statut du corpshumain : d'une part, comme les animaux il est régi par des mécanismes où il serait vain de chercher une âme quelle qu'elle soit ; par là l'homme appartient bien au règne animal. Mais d'autre part, ce corps est comme sublimé, transfiguré parce que, de toutes parts, la pensée rayonne à travers lui, et la fracture est alors totale entre l'homme, l'animal et la machine. (Il ne s'agit cependant pas detomber dans la caricature. Le corps de l'animal est une machine, mais il n'est pas question de lui enlever ce qui fait cependant sa différence avec la machine : il vit et il sent.)
L'action de l'âme sur le corps, constitue la grande différence entre les hommes et les bêtes, qui n'est pas la force plus ou moins grande de leurs passions, mais le faite que l'homme peut agir sur elles grâce à savolonté et à sa raison, ce par quoi il devient libre. La force de l'âme qui arrête la main que la colère nous fait lever, et la connaissance des causes de nos actions, sont les deux conditions sur lesquelles se fonde la possibilité de l'action morale spécifique à l’homme.
Qu’est-ce que parler ?
Pourquoi ne peut-on pas dire d’une machine ou d’un animal qu’ils se trompent ?
Une idée deDescartes, relative à sa conception mécaniste du corps, a été particulièrement discutée et a soulevé d’innombrables protestations indignées jusqu’à aujourd’hui, celle selon laquelle l’animal agirait en toutes ses actions comme un automate très perfectionné.
Cette thèse, ou plutôt cette hypothèse, découle directement de ce que Descartes identifie l’âme avec la pensée dont le caractère distinctif est laconnaissance : l’être qui pense sait qu’il pense, et il s’arrange pour faire savoir, par un moyen ou par un autre, ce qu’il pense aux autres. Descartes imagine, dans la cinquième partie du Discours de la Méthode, une sorte de test pour reconnaître une action sensée d’une action mécanique, automatique ou naturelle (seulement dictée par la nature, ici synonyme d’instinct) : « Si l’on pouvaitconstruire des machines qui eussent les organes ou la figure d’un singe, nous ne pourrions jamais distinguer le singe artificiel du singe naturel… » Descartes précise davantage sa pensée en notant que toutes les actions, et surtout les plus accomplies, des animaux peuvent être expliquées par la structure et la « disposition de leurs organes » et résulter de l’instinct (nous parlerions aujourd’hui : duprogramme génétique). La perfection même de certaines de leurs actions plaiderait pour le caractère automatique de leur exécution : c’est pourquoi, on peut dire d’un animal ou d’une machine qu’il ne se trompe pas du faite du caractère mécanique de l’organisme destiné à se reproduire ou la machine destinée à remplir une tâche : c’est le caractère instinctif de l’animal ou la programmation de la...
tracking img