Question sur l'oeuvre de marx

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1527 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TD d’Analyse économique (séance 3)

Question 1 : D’après la lecture du chapitre 1, quels sont, pour vous, les éléments centraux de la thèse marxiste ?
Après lecture du chapitre 1, je propose que les deux éléments centraux, de la thèse de Karl Marx, soient, en premier lieu, une analyse de la marchandise, puis sur une définition marxiste du travail.
Question 2 : A travers, l’ensemble du texte,comment Marx définit-il la marchandise ?
Marx définit la marchandise par une utilité d’une chose. Cette utilité procure une valeur d’usage dont la proportion des différentes valeurs d’usage crée une valeur d’échange. Ce rapport change en temps et en lieu. Marx appuie sa théorie avec l’exemple du froment et du fer où i quarterons de froment = a kilogramme de fer. Il prouve donc que quelque chosede commun existe entre ses deux marchandises, pourtant si différentes. Cette similitude est la valeur, qui prend forme avec la matérialisation d’un travail humain. La grandeur variera selon le quantum de travail nécessaire à la création de la marchandise.
Pourtant, Marx trouve un problème dans sa définition de la marchandise : le travail n’a aucun sens unique. Une marchandise créée par unparesseux ne vaudra pas plus parce qu’il a mis plus de temps à la confectionner. Marx considère alors une force unique, c’est-à-dire, une force moyenne qui correspond au temps de travail nécessaire socialement pour une marchandise.
Ainsi, puisque le travail évolue, la valeur de la marchandise suit cette même évolution au fil du temps.
Question 3 : Définitions des différents concepts de la valeur.Valeur d’usage : « Ce qui fait la valeur naturelle d’une chose, c’est la propriété qu’elle a de satisfaire les besoins ou les convenances de la vie humaine ».
Valeur d’échange : « La valeur d’échange apparait d’abord comme le rapport quantitatif, comme la proportion dans laquelle des valeurs d’usages d’espèce différente s’échangent l’une contre l’autre, rapport qui change constamment avec le tempset le lieu. La valeur d’échange semble donc quelque chose d’arbitraire et de purement relatif ; une valeur d’échange intrinsèque, immanente d’une marchandise, paraît être, comme dit l’école, une contradicto in adjecto.
Question 4 : Quel est l’élément central qui revient sans cesse dans ces différentes notions ?
L’élément central qui revient constamment est la notion de l’utilité d’unemarchandise.
Question 5 : Qu’est-ce qui distingue la théorie de la valeur marxiste des théories de la valeur chez Smith et Ricardo ?

Marx reprend, certes, la théorie de la valeur de Smith et surtout de Ricardo mais il critique l’association entre la valeur et la rareté. Pour lui, cette théorie de la valeur est basée sur la notion de plus-value, c’est-à-dire, sur la différence entre la quantité devaleur ajoutée par le travail à la marchandise initiale et la valeur du travail nécessaire pour produire (« salaire de subsistance »)

Question 6 : Au final, quels sont les points de dissonance entre la théorie marxiste et les théories de Smith et Ricardo ? Les points d’accord ?

Les points de dissonance entre la théorie marxiste et les théories de Smith et Ricardo sont :

* Le rapport entrevaleur d’usage et valeur d’échange : Adam Smith distingue la valeur d’usage et la valeur d’échange mais il n’existe pas de connexion entre les deux. Pour déterminer la valeur d’échange, Ricardo analyse seulement les objets reproductibles (hors œuvres d’art, etc...). Il en déduit que la valeur d’échange est un rapport entre deux quantités de marchandises. Elle est déterminée par le rapport desquantités de travail nécessaires à la production (d’où l’appellation de valeur-travail). La théorie de la valeur s’appuie sur une analyse de la production caractérisée par des avances de capital (ce n’est donc pas une théorie universelle mais une théorie capitaliste). L’analyse a cependant une faille puisque l’uniformité du taux de profit et la diversité des proportions de capital fixe et de capital...
tracking img