Rapport de drancy

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1241 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Matin brumeux
nous laisse endormi
jusqu'au réveil du passé...

Assis dans le car, nous nous laissons bercer par la musique... qui hurle dans nos oreilles. Certains parlent, d'autres s'amusent, heureux d'échapper à une matinée de cours. Tous, nous nous amusons à échanger photos et musiques. Nous traversons villes et villages jusqu'à Drancy. Arrivés au beau milieu de la cité de la Muette,l'ambiance change: nous demeurons perplexes; nous avions pourtant été prévenu qu'il ne s'agissait pas d'un simple musée. Les professeurs veulent nous faire taire mais ce n'est pas nécessaire car le silence est déjà présent.

Nous entrons dans la salle, petite, où les chaises sont tassées; nous nous asseyons, encore engourdis par le voyage, et le voyons, avant que les derniers rangsl'aperçoivent: le déporté va dans quelques instants s'adresser à nous...

Il nous annonce qu'il va nous montrer un film, nous raconter son histoire puis nous laissera poser des questions. Le film commence, nous écoutons attentivement: nous voyons la transformation de Drancy, cité HLM des années 30, en camp d'internement. Au cours du film, nous apprenons l'histoire du camp; à aucun moment, en classe, nousne nous sommes interessés à un camp en particulier: Il est toujours « moins douloureux » d'étudier les évènements en surface, en mémorisant uniquement les dates. Quand nous entendons résonner dans cette salle le générique de fin, les réactions sont différentes: certains se remettent à parler immédiatement comme pour évacuer au plus vite ce qu'ils viennent de voir, d'autres restent sans bouger,attendant une parole qui ne viendra pas...

Le déporté se met à parler de son enfance dans le 20ème arrondissement et de l'arrestation de son frère, par dénonciation, ce qui l'a conduit à se cacher chez sa tante, qui avait réussi à faire retirer son nom des fichiers juifs moyennant finances. Un jour, le 28 juin 1944, alors qu'il était revenu dans son ancien appartement chercher des affaires, ils'est fait arrêter par une nouvelle dénonciation. Les policiers l'ont emporté vers Drancy, qu'il nous décrit peu, n'y étant resté que deux jours. À partir de ce moment-là, les premiers rangs voient dans ses yeux ce qu'il a pu vivre: ils ne le regardent plus comme un homme chargé de nous raconter l'histoire, en se jetant de temps à autre des regards, mais comprennent peut-être, un peu, au travers delui et pour la première fois, quel a été le destin de milliers de juifs, tziganes et opposants au régime nazi d'Europe. Quant aux autres, ceux du fond de la salle, ceux qui ont été chargés de « prendre des notes », ils décident après un regard commun de ne plus noter, car ils ont compris que l'histoire de cet homme, comme celles de milliers d'autres, ils ne sont pas près de l'oublier !

C'estdonc dans le silence le plus total que nous nous laissons emporter avec lui par ces wagons à bestiaux pour trois jours et demi de « voyage » dans une chaleur insoutenable.
« - Une fois arrivé, les SS nous demandèrent de laisser toutes nos affaires dans le bâtiment « canada ». Puis ils séparèrent les moins de seize ans et les femmes, des plus de seize ans et des hommes. Dès notre arrivée noussommes déshabillés, rasés et désinfectés au grésil puis nous restons debout toute la nuit et la journée qui s'en suivit. Le lendemain, nous fûmes tatoués puis envoyés dans des baraquements pendant deux jours, avant d'aller vers Monowitz où nous fûmes affectés au travail. Puis nous apprîmes la journée type: du petit-déjeuner, composé uniquement d'une eau chaude, nommée café, et d'une rondelle desaucisson, au repas du soir, plus consistant, et se résumant à une soupe, en passant par les appels interminables et le travail : décharger des wagons de briques à quatre, jusqu'à six heures du soir... »
Nous fûmes surpris par l'importance de la musique qui accompagnait les trajets vers l'industrie. Puis nous apprîmes que son frère a été sélectionné mais qu'il a réussi à le rayer de la liste et à...
tracking img