Rapport de stage: optique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1208 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rapport de Stage

Sommaire

I> Introduction

II> Le travail d’un opticien

III> Etude de cas

IV> Annexe

V> Conclusion

I > Introduction

En fin d’année, nous avons dû effectuer un stage d’apprentissage dans le but de découvrir un métier.
Vivement intéressée par le métier, j’ai été reçue dans une entreprise d’opticien.
Je vais donc vous présenter le déroulé d’une journée dansle magasin , ainsi qu’un exemple de vente effectuée.

II > Le travail d’un opticien

Les horaires du magasin correspondent globalement aux heures d'ouverture classiques d'un commerce, c’est-à-dire: 9h-12h / 14h-19h.
Au cours de sa journée, l'opticien conseille sa clientèle sur les nombreux produits de son magasin, tels que les lunettes de soleil, les montures, les options sur les verres ouencore les étuis. Il se doit d'être convaincant et réactif afin de répondre à toutes les questions qui vont lui être posées.
Lorsqu'il n'est pas derrière son comptoir conseillant ses clients, l'opticien conçoit des verres correcteurs dans son atelier. Découpage, meulage, polissage, insertion dans la monture... La réalisation d'un verre demande beaucoup de minutie. Lorsque celui-ci est terminé, ilreste à vérifier qu'il convient bien à la vue de son porteur et à l'ajuster si ce n'est pas le cas. L'opticien peut également effectuer le bilan visuel de son client, afin de mesurer son acuité visuelle et remplacer ses verres s'ils ne sont plus efficaces. Cependant, s'il suspecte une maladie de l'œil ou un trouble visuel important, il l'orientera vers un ophtalmologiste . En effet, c'est le seulprofessionnel habilité à soigner ou à prescrire une nouvelle correction adéquate. Si le client n'a jamais rencontré d'ophtalmologiste pour son défaut de vision, l'opticien ne pourra en aucun cas lui fournir une paire de lunettes après un simple bilan visuel.

III > Etude de cas

Mr E.B (nous respectons l’anonymat)

Reçu au magasin le 17/06/2010, le client nous présente une ordonnance d’unmédecin ophtalmologiste:

Pour l’œil Droit (O.D) : -2 (-0,25) 0°
Pour l’œil Gauche (O.G): -1,75 (-0,25) 165°

Ce qui fait en transposition pour la commande des verres:
O.D: -2,25 (+0,25) 90°
O.G: -2 (+0.25) 75°

Nous comparons cette ordonnance à celle que Mr E.B avait en 2007:

O.D: -0,75 (-0,50) 0°
O.G -1 (-0,25) 170°

Ce qui fait en transposition pour lacommande des verres:
O.D: -1,25 (+0,50) 90°
O.G: -1,25 (+0.25) 80°

Nous discutons avec le client de la baisse significative de son acuité visuelle* (A.V) .

2007 :

Œil droit è A.V = 3/10
Œil gauche è A.V = 2.5/10

2010:

Œil droit è A.V = 1.25/10
Œil gauche è A.V = 1.43/10

Schéma




A.M.R ( angle minimum de résolution) : capacité maximum de l’œil à séparer deuxpoints.

 est environ égal à d/D

A.V = 1/A.M.R

Ainsi nous pouvons retrouver la taille minimum de l’objet vu net par le client à une distance de 5 mètres.

Nous procédons au choix de la monture.
Ce client portait une monture percée*, très légère dont il était satisfait.
Cependant, il a trouvé cet équipement trop fragile et, pour son activité professionnelle (pompier), il souhaiterait unemonture plus solide.
Après essayage, son choix se porte sur une monture NYLOR* qui associe solidité et légèreté.

Ensuite vient le choix du verre.
Ce client était équipé en 2007 de verre organique aminci avec un anti-reflet*.
Le verre organique est un verre résistant, incassable mais cependant, sensible à la rayure.
Le client était donc satisfait de ce choix de verre.
En revanche, ilsouhaiterait un verre photochromique: c’est un verre dont le traitement de surface réagit aux U.V .
Son avantage est de protéger de l’éblouissement quelle que soit la luminosité extérieure.

Un verre correcteur se définit par son indice de réfraction (n) :
Le standard n= 1,5
L’amincit* n = 1,6
Le très amincit n = 1,67

Nous réalisons, le lendemain, le montage.
Nous axons le verre à...
tracking img