Relation .........

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2792 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
RELATION DEBIT SOLIDE – CARACTERITIQUES HYDRAULIQUES ET GEOMETRIQUES DU FLEUVE CONGO : CAS DE LA REGION DIVAGANTE (tronçon Ntua Nkulu Kisanga)

RESUME
Le fleuve Congo, dans sa partie inferieure (de Boma à Kisanga), constitue un système alluvionnaire à méandres et se trouve aujourd’hui confronté aux problèmes de sédimentation. En effet, le fleuve Congo transporte dans cettepartie 50 millions de tonnes des particules solides par an ou 37 millions de mètres cubes. (Sterling et Peter, 1975). Cependant, le sédiment du lit a triplé du fait d’importantes variations de la section entraînant ainsi le changement des paramètres hydrauliques et géométriques du fleuve, facteurs favorables à la sédimentation.
Les conséquences de l’arrêt presque total de ladynamique fluviale du fait des dépôts sédimentaires sont remarquables : Elles contribuent du fait de la dynamique du lit à réduire progressivement les capacités d’écoulement et la profondeur du lit, à perturber le mouvement d’écoulement souterrain,… (Borges, 1993).

INTRODUCTION

Les mécanismes sédimentaires et les évolutions morphologiques des fleuves et rivières à fond mobiles sontdéterminés par des facteurs hydrologiques, hydrauliques, géologiques, écologiques et humains. Les principaux facteurs sont sans doute le débit du fleuve, la charge sédimentaire transportée, la pente longitudinale, l’érosion des rives et des fonds, la végétation et l’action humaine.
S’agissant des facteurs hydrologiques et hydrauliques, le fleuve transmet de l’amont vers l’aval lesapports solides provenant des eaux de ruissellements. Ces dernières apportent aux affluents des particules et des fragments de terres, et des roches arrachées à la surface du sol par l’érosion. Il faut cependant ajouter que ces particules ne proviennent pas seulement de sol, mais elles sont aussi générées dans le cours d’eau par érosion du lit et des berges (Sterling et al, 1971).
Cesparticules solides constituent une cause de disfonctionnement du cours d’eau en provoquant la dégradation de la qualité de l’eau, des perturbations de la dynamique fluviale et en produisant des menaces sur l’écosystème aquatique et sur le mouvement d’écoulement souterrain (TSHILEO KATAMBA, 2005).

CADRE GENERAL

La région divagante, site de notre étude est limité à l’est par laville de Boma et à l’ouest par Kisanga, il s’étend sur une longueur de 60 km, une largeur de 10 à 20 km avec une profondeur moyenne de 5 m à l’état naturel.
L’on sait que le fleuve Congo, de Matadi à l’embouchure est l’objet d’un trafic intense, avec des bateaux de haute mer venant accoster soit à Boma ou à Matadi. Par ailleurs, cette zone divagante constitue un goulotd’étranglement en ce qui concerne la gestion de la voie navigable. Il est dès lors requis d’amorcer des études en vue d’améliorer le niveau des connaissances sur ce phénomène et ainsi contrôler le flux de la matière solide qui transit dans cette zone.

MATERIELS ET METHODES

Ce travail s’attache à décrire les évolutions des paramètres (quelques années au maximum) de tronçons dufleuve de quelques kilomètres au maximum en s’appuyant sur une représentation graphique.
Les processus de transport représentés concernent uniquement la charge fond.
. Vu l’importance des données, nous avons travaillé sur des cas où des campagnes de mesures ont déjà été effectuées. Dans un premier temps nous procédons à une description des caractéristiques du système fluvial, dans le but decomprendre les processus qui déterminent sa morphologie et son évolution. Puis, nous reprenons les analyses statistiques pour chercher à déterminer la corrélation entre les paramètres et la quantité de sédiment qui traverse cette zone.

Les données brutes recueillies en moyennes mensuelles ont été sommées pour trouver les moyennes annuelles. Nous avions au total 300 unités statistiques...
tracking img