Resume vieux negre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2092 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

FERDINAND LEOPOLD OYONO est né le 14 Septembre 1929 à NGOULEMAKONG, localité située près d’EBOLOWA, chef-lieu du département du NTEM, à 160 km au sud de YAOUDE. Il est le fils ainé de OYONO ETOA JEAN et de MVODO BELINGA AGNES. Sa sœur MFOUTOU ELISABETH est née en 1934. Sa mère, ayant quitté le foyer conjugal lorsque le père a pris une seconde épouse, a finalement rendu les deux enfantsen 1950. Le père a connu la disgrâce auprès de l’autorité française qui l’avait recruté à cause des écrits du fils jugés tendancieux.

Entré à l’école primaire d’Ebolowa en 1934, il en sorti brillamment en 1944, deuxième du centre après deux redoublements. OYONO admis au concours de sélection du cours d’EBOLOWA n’y fera qu’une année parce qu’ayant été reçu au concours d’entrée à l’écolesupérieure de YAOUDE.

Ecole supérieure de YAOUDE, lycée de NKONGSAMBA puis la France après les deux échecs au brevet élémentaire en 1949 aux sessions de Juin et de Septembre. Ainsi arrivé en France en 1950, FERDINAND s’inscrit au lycée de PROVINS, petite ville de SEINE-ET-MARNE. En 1952, il échoue à la première partie du baccalauréat pour ne réussir que l’année suivante et passe la deuxième partie1954. Bonjour les études supérieures !

A SORBONNE, FERDINAND OYONO suit les cours de droit et de sciences politiques avec une progression régulière. Ayant achevé son cycle normal, il effectue un stage de consul en 1959 avant de rentrer au pays où il suivra une carrière diplomatique fulgurante.

Alors après être nommé directeur du « Bureau d’études » à YAOUNDE, il est attaché d’ambassade à Parisen 1960. En 1961, délégué du Cameroun a l’O.N.U. ; en 1962, ambassade pour la Guinée, le Ghana et le royaume du Maroc. De 1962 à 1969, ambassadeur au Libéria ; de 1965 à 1969, ambassadeur pour les pays du Benelux et du marché commun ; de 1969 à 1975, ambassadeur en France, en Italie, Tunisie, Maroc et Algérie, avec résidence à Paris. Il était aussi délégué permanent auprès des Nations Unis à NewYork.

Marié à une française lui ayant donné deux enfants, FERDINAND LEOPOLD OYONO est mort le 10 Juin 2010.

[pic]

Paru en 1956 chez JULLIARD et édité par le « Domaine français » 10/18 dirigé par Jean-Claude Zylberstein, le livre est achevé d’imprimé sur les presses de BUISSIERE, groupe CPI en France en juin 2007 pour un nouveau tirage.

Sur la couverture d’avant figure la photo d’un longcocotier brun au feuillage bien hérissé en haut. Elle est réalisée par VAER I photonica. Ce cocotier se situant complètement à l’extrême gauche laisse apparaître au centre droit le nom de l’auteur FERDINAND (à la ligne) OYONO et ensuite (à la ligne) le titre du roman Le vieux nègre ( à la ligne) et la médaille. Enfin tout a fait en bas à droite la maison d’édition.

Sur la couverture de derrièrefigurent successivement les trois citations suivantes.

« Rangeons le livre au nombre de ces ouvrages précieux dans lesquels l’homme bafoué et meurtri apprend comment on passe du ressentiment et de la colère à la lutte pour la justice. »

Les Lettres françaises

« Ferdinand Oyonos’attaque au bon vieux contraste noir et blanc avec une vigueur sympathique et un sourire intelligemment désinvolte. »

Le Canard enchaîné

« Cette verve comique soutenue par un réalisme intense… Une lumière crue et impitoyable met à nu les contradictions entre les paroles doucereuses des Blancs etleur comportement réel. »

Présence africaine

Ce livre de 192 pages comprend trois grandes parties sans titres (Première parie PP 9-77, Deuxième partie PP 95-113, Troisième partie PP 131-175) tout comme les cinq chapitres de la première, les trois chapitres de la deuxième et de la...
tracking img