Reynaud theorie de la reguation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4903 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean-Daniel Reynaud

Les règles du jeu
l'action collective et la régulation sociale. (Armand Colin, 1997) Introduction
Professeur honoraire de sociologie au CNAM, ancien élève de l'école normale supérieure, JeanDaniel Reynaud a eu en France, notamment grâce à cet ouvrage, une grande influence sur la sociologie des organisations. Henri Amblard et Philippe Bernoux (1996) considèrent ainsi queles travaux de Jean-Daniel Reynaud appartiennent à la tradition classique de sociologie des organisation française, aux côtés de l'analyse stratégique de Michel Crozier, dont il s'inspire par ailleurs très largement. Classique, son approche n'en demeure pas moins d'une grande actualité et permet de jeter un regard toujours pertinent sur les dynamiques qui traversent les organisations. Jean-DanielReynaud offre dans cet ouvrage la théorisation d'un long travail de terrain qu'il a pratiqué dès le début de sa carrière.

Polysémie du concept de régulation.
Avant de présenter la théorie de la régulation de Jean-Daniel Reynaud, il faut bien prendre soin de distinguer l'emploi qu'il fait du concept de régulation de celui qui en est fait dans 2 autres courants théoriques en sciences sociales :l'école de la régulation et le courant de l'économie publique. Le courant de l’école de la régulation, développé par des macro-économistes français dont les plus célèbres représentants sont Michel Aglietta et Robert Boyer1, s'intéresse de près aux mécanismes institutionnels et économiques assurant la régulation des systèmes capitalistes, ceux-ci étant considérés comme affectés par des crisesintrinsèques. Ce courant tente de mettre à jour des modes de régulation qui se définissent comme des combinaisons multiples de formes institutionnelles capables de reproduire les rapports sociaux, de soutenir le régime d’accumulation et de rendre compatibles les décisions décentralisées. La théorie de la régulation étudie donc la forme institutionnelle, c'est à dire codifiée, des rapports sociauxfondamentaux comme le rapport salarial, la monnaie, la concurrence, l’état, l’insertion dans la division internationale du travail. Les modes de régulation reposant sur les formes institutionnelles et sur les régimes d’accumulation définis comme l’ensemble des régularités assurant une progression de l’accumulation du capital. Le courant de l'économie publique, développé par des économistes comme JeanJacques Laffont et Jean Tirole en France, utilise également le terme de régulation dans un sens différent. Les auteurs rattachés à ce courant prônent une déréglementation contrôlée des services publics. Pour eux, le bon déroulement de la concurrence économique, ainsi que la gestion des externalités et des défaillances des marchés, doivent être assurés par des agences de régulation indépendantes etdécentralisées et non plus par une autorité centralisée qui gère simultanément plusieurs activités (un ministère), ou par la mise en place de services publics traditionnels disposant du monopole sur un marché. Ainsi, les agences de régulation assurent l'encadrement des agents économique dont les débordements entravent le bon fonctionnement d'un marché (fraudes, délits d'initiés...), et posent lesbases juridiques pour que les mécanismes de régulation spontanée des marchés conduise à une allocation des ressources paréto-optimale.
1 Deux ouvrages sont considérés comme introductifs en la matière, celui de M. Aglietta, « Régulations et crise du capitalisme », Paris, 1976, Calmann-Levy et celui de R. Boyer, « Théorie de la régulation : une analyse critique », Paris, 1986, La Découverte. Enfin, il faut ne faut pas confondre le concept de régulation avec celui de régularité. En effet, pour simplifier, la notion de régularité, très largement employée dans les sciences sociales ou dans d'autres domaines, exprime l'idée que dans le monde observable, les phénomènes se déroulent de manière relativement répétés, ordonnés et déterminés. On dit alors qu'ils suivent des « lois » qui peuvent...
tracking img