Rezistol etude de cas

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1041 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
H. B. Fuller en Honduras
Les enfants sans-abri et l'abus de substances toxiques
Resistol est fabriqué par les Industries Chimiques Kativo, une filiale de H. B. Fuller de
Minnesota. Kativo vend plus d'une douzaine de différentes adhesifs, sous le nom de
marque Resistol, dans plusieurs pays de l'Amérique Latine, pour une variété
d'applications industrielles et commerciales. En Honduras,les produits Resistol ont une
position forte sur le marché.
Trois produits Resistol sont des adhesifs à base de solvant conçues avec certaines
propriétés qu'on ne peut pas realiser avec une formule à base d'eau. Ces propriétés
incluent la fixation rapide, une adhésion puissante et résistance a l'eau. Ces produits sont
essentiellement destinés à la fabrication et reparation des chaussures,le travail du cuire et
la charpenterie.
Honduras est la deuxième nation la plus pauvre dans l'hémisphère occidental, après Haïti,
et dans Tegucigalpa, sa capitale, il y a un énorme nombre de familles extrêmement
pauvres. Beaucoup d'enfants sans-abri ont l'habitude d'inhaler les vapeurs hallucinogèns
de Resistol. En temps, cela produit des dommages irréversibles au niveau du cerveau.Bien que Resistol ne soit pas le seul adhesif utilise par les enfants sans-abri pour inhaler,
le terme Resistolero est devenu le synonyme des enfants sans-abri en general, qu’ils
inhalent du Resistol ou non. Cela menaceait la reputation de la compagnie.
En 1983, les journaux de Honduras ont publie des articles concernant les arrestations de
Resistoleros. En réponse à ces articles, l'agencepublicitaire de Kativo, Calderon
Publicidad, a informé les journaux que Resistol n'était pas la seule substance utilise par
les enfants sans-abri et que l'image du fabricant était endommage en utilisant une marque
prestigieuse comme un synonyme pour la toxicomanie. De plus, l'inhalation de l'adhesif
n'etait pas provoquée par quelque chose d'inhérent dans le produit, mais c'était unproblème social.
Le scandal de presse sur les Resistoleros a inquiété et a même outragé l'opinion publique
aux Etats-Unis. Un certain nombre d'actionnaires ont envoyé des lettres de protestation à
Elmer Andersen, le président du conseil et le directeur général de H. B. Fuller, en
demandant que la compagnie prenne des mesures pour résoudre ce problème. L'homme
designé pour resoudre le problemeétait Humberto (Beto) Larach, un Hondurien, qui a été
le directeur de la Division Nord des Adhesifs Kativo. Il dirigeait les filiales de neuf pays.
Il était devenu le directeur de la Division Nord après avoir démontre ses talents
entrepeneurials en dirigeant la division des peintures de Kativo au Honduras.
Quelques organisations humanitaires ont suggéré que l'huile de grain de moutardepourrait être ajouté au produit pour prévenir l'abus. Ils ont soutenu qu'une personne
essayant d'inhaler la colle avec l'huile de graine de moutarde le trouverait difficile a
tolérer. Un Comité hondurien pour la prévention de la toxicomanie, formé des membres
proéminents de la société Fonduran, a montré son intérêt pour cette idée et a exercé pression sur le Parlement hondurien pour voter uneloi qui obliger la compagnie de
rajouter huile de grain de moutarde. Une recherche supplémentaire a prouvé dans
plusieurs tests faits sur des rats que l'huile de grain de moutarde était cancerigene.
Beto a mené une longue bataille pour convaincre le Parlement et le gouvernement du
Honduras de rejeter l'initiative législative proposée par le Comité, mais sans succès. Le
30 Mars 1989, leCongrès a adopté la loi, dont l’application pourrait amplifier les effets
négatifs de l'inhalation de vapeurs de colle. Pour cette raison, Kativo a continué d'offrir
ses produits sans addition d'huile de moutarde.
En avril 1986, Elmer Andersen, président du conseil de HB Fuller - une figure légendaire
dans le Minnesota, très respecté pour ses politiques et de principes éthiques - a...
tracking img