Ronsard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Apollinaire Alcools 1913
Les colchiques

Eléments pour une introduction :

Le titre du recueil : référence à Rimbaud Le bateau ivre ( la poésie est ivresse, exaltation de l’imagination).
L’automne : « saison mentale » du poète G Apollinaire. Célébration du charme ambigu de l’automne (beauté de la saison + évocation de la mort ). Dans le texte, cette ambiguïté est signifiée par unefleur : le colchique..
Tous les grands thème lyriques figurent dans le poème : l’amour, la mort, la fuite du temps, la nature.

Nous étudierons d’abord quels sont les éléments réalistes qu’Apollinaire introduit de façon inhabituelle dans un poème lyrique
Nous verrons ensuite que d’autres éléments, au contraire, ont une signification symbolique évidente et semblent en contradiction avec ceréalisme .
Nous montrerons enfin comment s’abolit cette apparente contradiction et de quelle façon se trouve renouvelé un thème lyrique et une forme poétique (le sonnet) empruntés à la tradition.

I)Les éléments réalistes.

a)Les vaches et leur gardien.
Un poème en trois tableaux. Paysage très simple en début du poème vers 1 et 2 : un pré, des vaches. Rythme : la coupe après «paissant »suspend le vers et évoque la lenteur de la vache, sa lourdeur. Animal rustique, réalité prosaïque très inhabituels dans un poème lyrique.
Retour de l’évocation des vaches dans la troisième strophe qui constitue le troisième tableau du poème. + Présence humaine : le gardien du troupeau. L’enjambement des vers 14/15 et les sonorités nasales (chante doucement lentes meuglant abandonnent grandautomne vers 13 /14). Les vaches « meuglent » vers 14, elle fuient le pré et ses colchiques vénéneux .
b)Les enfants.
Entre les deux évocations du troupeau de vaches : l’irruption bruyante des enfants.
Vers 8,9. Changement de rythme et de sonorités : consonnes dures ([k] , [t] ) « fracas » et « harmonica » v.8/9 ) rythme saccadé du vers 8 (6 + 1 + 5 : il faut prononcer « écol’ »contrairement aux règles classiques). Hoqueton : mot tombé en désuétude. Désigne une sorte de veste portée par les archers au Moyen-âge. Le mot est surtout choisi pour sa sonorité peu harmonieuse : les enfants font du bruit.

II)Le colchique, élément à la fois réaliste et symbolique.

Le colchique est un élément à la fois réaliste (couleur de lilas)et symbolique (couleur de cerne). Fleur d’automnetoxique pour les ruminants, c’est une beauté qui cache un danger mortel
Le colchique est au centre du poème :
Le mouvement du poème tout entier naît de l’opposition « vénéneux mais joli » du vers 1 : attirance vers la beauté/ menace d’empoisonnement.
L’empoisonnement est progressif. Sonorités : dominante nasale (automne paissant lentement s’empoisonnent comme ).
Vers 4 : apparition retardée dumot « colchique ». Précision par rapport à l’impression générale donnée par le pré au vers 1 (« joli »). Le colchique : placé au centre de la strophe. Déterminant défini singulier « le » à valeur généralisante (et non pluriel comme dans le titre) : il devient donc un symbole.

Il symbolise la femme aimée et son pouvoir de fascination sur le poète.

Analogies : Le colchique rappelle les yeuxde la femme aimée par leur forme et leur couleur.
Vers 4/5 : Le poème privilégie la forme arrondie des pétales qui évoque celle de l’œil de la femme aimée . forme du pétale/forme de la paupière.
Mouvement de la paupière/ mouvement des pétales agités par le vent. vers 12.

Double effet du colchique :
Il produit un effet contradictoire d’attraction et de répulsion, vers 4 « couleur de cerneet de lilas » le lilas est une fleur printanière agréable à l’œil, sans connotations négatives ; au contraire l’adjectif « violâtre », avec son suffixe péjoratif, évoque la maladie et la mort
Vers 10/11/12 : comme la femme aimée le colchique a un caractère énigmatique .
Le poète joue avec une caractéristique botanique inconnue de la plupart des lecteurs (le bulbe du colchique se reproduit...
tracking img