Slate

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2704 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A Gergovie, contre toute attente, les Français ont battu à plate couture les Uruguayens. Ils arrivent confiants contre le Mexique, en position de supériorité morale et physique. Tout le monde pensait qu’ils allaient s’effondrer après les défaites incessantes ces derniers mois. Mais grâce à cette victoire, ils partent à l’assaut de Mexicains qui ont décidé de jouer la défense puis lacontre-attaque.
Suite à deux échecs en première mi-temps contre le gardien Mexicain, une troupe d’élite – Henry, Gourcuff et Anelka – est constituée et mise sous le commandement de Ribéry, un proche de Domenech. Après une longue marche le long de la ligne de touche, Ribéry attaque la surface de réparation depuis le côté droit. En même temps, les milieux défensifs français s’approchent des fortificationsmexicaines.
Les Mexicains, attaqués de toute part, commencent à céder, d’autant que les Français réussissent à combler les obstacles. L’entraîneur mexicain envoie Carlos Vela en renfort pour le camp supérieur. Javier Aguirre injecte ensuite des remplaçants frais. Ayant refoulé les Français, les milieux défensifs mexicains rejoignent les attaquants tandis que les latéraux contournent les retranchementsextérieurs, Evra et Sagna, et prennent Abidal à revers. Voyant les attaquants mexicains derrière eux et de nouvelles cohortes approchant, les Français prennent la fuite. Les Mexicains leur coupent la retraite et les massacrent. Ribéry est capturé. Voyant ce désastre, Domenech ordonne le repli de ses troupes. Au signal de la retraite, les remplaçants quittent le stade et s’enfuient.
Le lendemain,Domenech décide de se rendre. Après la reddition de la France, la plupart des joueurs français – sauf Gourcuff et Ben Arfa – sont réduits en esclavage et distribués aux clubs de Ligue 2, « à raison d’un par tête » (Javier Aguirre, B.G. VII, 89).
Merci à Wikipédia pour la description de la bataille
Azincourt, 1415
[pic]Quand Diego ouvrira les mains, il sera question de “chupar”
Pendant lestrente premières minutes de ce huitième de finale, il n’y a aucun combat. Diego Maradona fait alors avancer ses joueurs vers les lignes françaises, d’une part pour les provoquer et les faire attaquer, d’autre part pour occuper la partie la plus étroite du terrain, entre le rond point central et la surface de réparation. De plus, en se plaçant ainsi, il met les Français à portée des tirs de sesartilleurs Tevez et Higuain.
Les deux attaquants, fourbes, se réfugient derrière le rideau des milieux argentins pour parer les charges de Lassana Diarra. Les milieux français essuient une volée de tirs puis, devant les provocations des Argentins, décident de charger, sans tenir compte du rapport des éclaireurs, Sagna et Evra, et oubliant les leçons des batailles contre l’Espagne en amical et leMexique au premier tour. Une première charge de nos milieux est anéantie en quelques instants par les traits des milieux argentins. Les chevaliers à pied, Henry et Ribéry, prennent alors le relais. Les défenseurs argentins les accueillent par plusieurs volées et tacles assassins, qui les immobilisent.
Sous le poids de leurs âges, ils s’enfoncent profondément dans la boue à chaque pas. Ils atteignentcependant les lignes argentines et engagent le combat avec les défenseurs. Pendant un court moment, le combat est intense. La mince ligne des défenseurs  recule. Diégo Maradona est presque mis à terre. À ce moment-là, les attaquant argentins, prennent leurs haches, épées et autres armes, et pénètrent dans les rangs désordonnés des Français. Embourbés, ceux-ci ne peuvent se mouvoir pour faire face àleurs assaillants. Leurs hommes sont tous tués ou capturés. La deuxième ligne du camp français, Diarra et Toulalan, s’avance, pour être engloutie dans la mêlée et subir le même sort. La troisième ligne, Gallas et Abidal, cherche et trouve la mort. Lloris est rapidement décapité.
Contrairement aux ordres de Diégo, les hommes d’armes argentins profitent du premier but pour se relâcher et font de...
tracking img