Souvenir de la nuit du 4 victor hugo, les chatiments

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1368 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Souvenir de la nuit du 4 VICTOR HUGO, LES CHATIMENTS

Le texte est extrait d'un recueil poétique et satirique : 7 livres aux titres ironiques, au ton polémique : des pamphlets, visant à dénoncer la politique de Louis Napoléon Bonaparte. (N III)
Ici, troisième texte du livre deux : on y raconte un épisode qui a suivi le coup d'Etat. L' insurrection républicaine a été réprimée par lesarmes; un enfant est mort. Victor Hugo a assisté à la scène ("choses vues"), bien réelle, puisqu'un enfant de sept ans, nommé Boursier, a été mortellement atteint de deux balles dans la tête, quartier Montmartre...Le poète a participé à l'ensevelissement de l'enfant. Cet épisode l' a bouleversé, et il porte l'événement au-delà du fait divers, en fait un argument politique poignant dont le peuple estl'enjeu.
Le texte se présente comme un récit.
I. Les éléments du récit et les différentes modalités d'expression.
Le texte se découpe en plusieurs passages aux modalités et aux contenus différents. Ce texte présente la tonalité réaliste d'un roman, écrit comme un récit, chaque vers est une totalité close sur elle-même, offrant une vision des choses, à la manière d'une caméra tournante. Les rimessuivies renforcent cette impression, mais contribuent à mettre en relief le choc d' images opposées: "tête...honnête"
Présentation très concise de la situation, de l'enfant, qui créé le choc initial. Enfance et la mort sont mises face à face., chacune composant un hémistiche de l'alexandrin ( v1)- v.2 et 3 : Présentation du contexte, du cadre , insistance sur la simplicité du logis. 4adjectifs, terminés par des "e" muets, la voix pause, donc, après chacun, et met en valeur leur sens assez banal, mais surtout leur portée symbolique. Détail réaliste v. 3 : le rameau bénit (détail vrai) fait vivre le décor ; confirmé par l'armoire en noyer, simplicité, humilité, piété. Jugement moral avec " honnête ", tout contribue à l'innocence de ces gens, renforçant ainsi la dénonciation. Le récit eststructuré selon une alternance récit/ discours, où l'énonciation mérite qu'on s'y attarde:
- v. 4 et 5 : apparaissent les personnages : grand-mère, narrateur et amis, "nous", "les nôtres", notion de complicité politique. - v. 5 à 11 : l'enfant. Il n'est pas nommé, le poète insiste sur son apparence physique, sa fragilité "ses bras pendants...appuis", sa légèreté "le prit sur ses genoux", sur lablessure, dont l'évocation est brutale, car c'est un effet sonore qui est produit: "bois qui se fend". Un détail réaliste rappelle l'enfance, le jeu, l'innocence : " toupie en buis" v. 8 , au rythme de la découverte. - v. 12 à 15 : présentation de la grand-mère, ses gestes s'intègrent au récit, le passé simple interrompt l'écoulement uniforme du temps (imparfait) "regarda, prit, dirent". Deux versau discours direct rapportent son incompréhension de la situation: exclamations, vers 13 et 14, rythme 2/4/6, puis 1/5/6, le rythme est chaotique, traduit un bouleversement. Les vers 16 et 17 reviennent au contexte, le bruit de la lutte qui continue, "fusil" en rejet, insistance. Les propos du narrateur interrompent de nouveau le récit, sobriété du vers. Le "on" (v.19) implique le lecteur, legeste en effet est rituel et général, le drap est un linceul, l'adj "blanc, à la coupe, est mis en valeur, ajouté à "noyer", bois noble, contribue à la notion de pureté, physique et morale. Le narrateur garde la parole, observe les gestes de la grand-mère,(pitié du "comme pour réchauffer...déjà roides", où le "déjà" rend vain tout espoir de survie.)et commente, de façon désabusée, au présent devérité générale, le pouvoir implacable de la mort: "hélas" mis en valeur, isolé en tête de vers, confirmé par la négation "ne....plus" du vers suivant. La fin du texte reprend les paroles indignées de la grand-mère, au discours direct, faisant varier le ton et la temporalité (passé de l'enfant) , y ajoutant le passé composé, ce qui donne du relief au récit, confirme l'absolue innocence de la...
tracking img