Sport et integration

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5427 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

SPORT ET INTEGRATION

Le sport peut-il participer à la lutte contre l’exclusion
et à l’intégration des jeunes immigrés ?

Introduction

En 2005, la France a connu de très violentes émeutes dans ses banlieues. Ces manifestations ont commencé à Clichy sous Bois le 27 octobre 2005. Elles se sont ensuite répandues à travers la France. Ce mouvement où se sont impliqués de très nombreuxjeunes issus de l’immigration s’est prolongé pendant 3 semaines consécutives. Ce brutal incident traduit un déchirement du tissu social et culturel français. Dans certains cas, les émeutes ont opposé plusieurs centaines de jeunes maniant des armes dangereuses comme des cocktails Molotov aux forces de l’ordre. Elles se sont surtout déroulées dans des quartiers de banlieues dits sensibles oudifficiles. Le bilan des dégâts est très important : des milliers de véhicules incendiés, des bâtiments publics calcinés, des écoles vandalisées… La France n’avait pas connu de troubles sociaux aussi violents depuis Mai 1968.

Cette violence résulte pour une bonne part d’une stigmatisation et d'une discrimination. D'après Goffman, la stigmatisation est la réaction d'un groupe ou d'une société enversdes personnes ou des groupes minoritaires, différents ou défavorisés, comme les minorités ethniques, homosexuels, malades, handicapés, alcooliques, toxicomanes, chômeurs, délinquants, etc., consistant à attribuer une étiquette qui les catégorise comme déviants.

[pic]
Source: Insee

Comme le montre ce graphisme de l’INSEE, l’origine ou la nationalité sont de loin les premières causesdéclarées de discrimination : plus de 60 % des immigrés et de leurs descendants ayant subi des traitements inégalitaires l’ont cité. 37 % des immigrés et 31 % des descendants d’immigrés évoquent ensuite la couleur de peau.

On discerne différentes formes d’exclusion sociale. D’abord, l’exclusion comme un choix personnel : elle concerne les déviants, les marginaux, les gens qui refusent d’intégrer lesnormes et les valeurs de la société auquel ils appartiennent. Mais la forme la plus répandue est l’exclusion comme un échec de socialisation. La socialisation est un processus par lequel un individu intériorise les normes, les valeurs, les croyances de son groupe social, et plus largement, de la société entière. Cet échec entrainera une impossibilité de s’intégrer à la société. L’intégration est leprocessus ethnologique qui permet à une personne ou un groupe de personnes de se rapprocher et de devenir membre d’un autre groupe plus vaste par l’adoption de ses valeurs et des normes de son système social. A l’intégration, on oppose donc la marginalité, la déviance, l’exclusion. Elle touche entre autres certains immigrés habitant dans des quartiers dit "difficiles". Pour ne pas confondre immigréset étranger, nous dirons qu’un immigré est une personne résidant en France, né étranger à l’étranger. Il peut être devenu français par acquisition ou avoir gardé sa nationalité étrangère. En France métropolitaine en 2004, on compte 4 930 000 immigrés.

L’intégration par le sport touche surtout la deuxième génération : les enfants d’immigrés, car lorsque les parents sont arrivés en France, leurpremière préoccupation n'était pas le sport. Un enfant d’immigré est un enfant vivant dans une famille où l’un des parents au moins est immigré. Ces enfants peuvent être eux-mêmes immigrés, ou bien être nés en France.

Le sport peut-il réellement participer à la lutte contre les nouvelles formes d’exclusion et favoriser l’insertion des jeunes immigrés ?

On ne peut pas nier que le sportparticipe à la lutte contre l'exclusion et facilite l'insertion des jeunes immigrés, cependant, il existe des limites de la participation du sport à cette lutte.

I. Le sport facteur d’intégration

A. Tous égaux face au sport

De nos jours, le sport est l’une des solutions envisagées pour intégrer les jeunes venant de quartiers difficiles. Les événements déclencheurs de cette réflexion ont été...
tracking img