Stress au travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3164 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La lutte contre
Le stress au travail

SOMMAIRE

Introduction

I- L’effet destructeur du stress

A) Les causes 
B) Les effets néfastes sur l’individu
C) Pourquoi lutter ?

II- Les moyens de lutte contre le stress au travail

A) Agir sur l’organisation
B) Agir sur le management
C) Agir sur l’individu

III- Un combatpermanent

A) Des mesures toujours en attente
B) Des mesures inefficaces
C) L’amplification de la crise

Conclusion

INTRODUCTION

Définition :  « un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faireface. »

Le stress existe depuis toujours mais seulement récemment sont apparus l’étude de ce phénomène et la volonté de le combattre. Le stress est devenu une priorité et est même qualifié comme « la maladie du 21ème siècle ». Le Conseil Européen de Nice a classé le stress au travail parmi les nouveaux problèmes liés à l’environnement du travail qu’il convient de combattre.

Ce phénomène n’estpas seulement présent mais il s’amplifie et touche de plus en plus de personnes chaque année. Cet automne, 65% des salariés se sentent très exposés au stress contre 55% en 2009. De plus, 9 salariés sur 10 se déclarent plus stressés qu’il y a 10 ans.

Le phénomène est paradoxal. Au premier abord, on pourrait penser que la pénibilité du travail a nettement diminué. En effet, il y a eu de nombreuxbouleversements dans la manière de travailler. Tout d’abord, les français travaillent moins longtemps : en 1950, la durée annuelle était de 2230 heures alors qu’elle n’était plus que de 1559 heures en 2007. Ensuite, les normes de sécurité sont devenues plus strictes, ce qui réduit le nombre d’accidents. Pour finir, la montée d’une économie tertiaire fait baisser la part des métiers les pluspénibles, en particulier pour les ouvriers.

Cependant, la pénibilité physique reste une dure réalité pour de nombreux salariés. Un ouvrier sur quatre a déclaré porter des charges trop lourdes en 2005, deux fois plus qu’en 1984 ! En général, les salariés se plaignent de rester debout trop longtemps, d’effectuer des mouvements fatigants et douloureux, de subir des secousses, des bruits et destempératures intenses.

Dans quelle mesure peut-on réduire le stress au travail ?

Après avoir analysé l’effet destructeur du stress, nous présenterons les différents moyens de lutte contre ce fléau et enfin nous verrons que ce combat est loin d’être terminé.

I – L’effet destructeur du stress

A) Les causes 

Il y a un retour en force des caractéristiques du taylorisme comme laparcellisation des tâches et le travail répétitif. Ce dernier concerne près d’un ouvrier sur deux.

Le secteur tertiaire n’est dorénavant plus épargné. Les centres d appels illustrent cette extension du taylorisme aux services. C’est également le cas de la restauration rapide telle que McDonald’s ou encore les banques.

On voit émerger des modes d’organisation que l’on peut qualifier de« néo-tayloristes ». Le juste à temps est de plus en plus répandu, imposant des rythmes soutenus. Les salariés doivent toujours être plus productifs sans pour autant sacrifier la qualité du service et être autonomes tout en respectant des consignes strictes.

Les facteurs de stress sont multiples :

- L’organisation du travail et les conditions de travail sont une source de stress : la mauvaise répartition destâches entraînant une surcharge de travail, les délais trop courts expliquant les dépassements excessifs des horaires de travail, l’environnement physique et technique (bruit, chaleur) provoquant des maladies.

- Le contenu du travail tel que des exigences de qualité très élevées et une quantité de travail trop importante augmente le stress. Les salariés se sentant en situation de « job...
tracking img