Suites

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (949 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
SUITES MONOTONES.
1. Convergence des suites monotones.
1.1. Théorèmes de convergence.

Propriété : toute suite croissante et majorée converge. Toute suite décroissante et minorée converge.Remarque : cette propriété ne donne pas la valeur de la limite mais uniquement son existence et une inégalité sur la limite. En effet, si (un) est croissante et majorée par le réel K alors pour tout n, un ≤K et donc d’après le théorème de comparaison lim un # K .
n! +"

Propriété : une suite croissante non majorée a pour limite +∞. Une suite décroissante non minorée a pour limite -∞. Démonstration :Soit (un) une suite non majorée, alors pour tout réel positif M il existe un rang k tel que uk > M. Mais comme (un) est croissante, on montre facilement que pour tout n > k , un > uk > M. Les termesde la suite sont donc aussi grands que l’on veut à partir d’un certain rang, ce qui est la définition de lim un = +" .
n! +"

Contre exemple : Une suite seulement non majorée n’est pas forcémentcomme limite +∞. En effet ses termes sont aussi grands que l’on veut mais pas forcément aussi grands que l’on veut à partir d’un certain rang. Il suffit de considérer la suite définie par un = (1 +(!1)n )n .

Propriété : si (un) converge alors elle est bornée. Démonstration : Soit (un) une suite convergente et l sa limite. Notons I = ]l-1 ; l+1[ l’intervalle ouvert centré en l. Alors il existe unrang N tel que si n ≥ N , un ! I . Si N = 0 c’est terminé (un) est bornée par l-1 et l+1. Sinon, soit A = { u0 ; u1 ; … ; uN ; l-1 ; l+1}. A est un ensemble fini il existe donc un plus petit élémentm et un plus grand élément M et pour tout n, m ≤ un ≤ M. Donc (un) est bornée.

1.2.

Différents type de démonstration de la monotonie d’une suite.

1.2.1. Technique fonctionnelle.
On l’utilisedans le cas des suites définies de manière explicite. On utilise de fait que si f est (dé)croissante alors un = f(n) est (dé)croissante. Exemple : un = cos

! définie pour tout n ≥ 1. n ! ! ! un...
tracking img